Accueil

Association lacanienne internationale

 

Quadra

MELMAN Charles
Date publication : 19/03/2018

 

L'Association va bientôt avoir 40 ans et la question qui se pose à ses membres est de savoir si pour les années à venir elle sera toujours en mesure d'assurer le maintien et le progrès de sa discipline.

À regarder son histoire on voit aisément que celle-ci suscite au moins deux types de révolte. L'une dirigée contre celui qui à tel moment est supposé l'incarner, voire qu'on délègue à cette fin, et qui sera dénoncé pour ne pas garantir la promotion narcissique attendue par tout groupe humain. L'autre est liée au fait que la psychanalyse n'a pas de cause commune, chacun n'ayant pour appui que la cause individuelle de son fantasme, que la cure, par ailleurs, a pu encourager.

La communauté des analystes ne peut alors tenir qu'au partage d'une éthique, non pas l'acceptation stoïcienne que le zéro (lekton) soit fédérateur, mais la reconnaissance du fait que le culte du Un est définitivement séparateur.

Comme je l'ai fait remarquer au cours des journées sur les mi-grants, qui n'ont donc réuni qu'une moitié de l'Association, le pouvoir d'exclusion du Un commence à l'intérieur même de la famille, qui n'a à sa disposition qu'un insigne unique à transmettre : dans nos familles abatardies, celui que se disputeront les héritiers, dût-il être représenté par un service de fourchettes à huitres.

Comment la passion clinique de nos camarades psychiatres ne les a-t-elle pas conduits à reconnaître que la supposition d'un Un dans l'Autre, directeur de conscience et contre lequel se révolte sans succès le un du sujet inconscient était proprement un phénomène psychotique ?

Psychose collective incontestable dès lors que son expression est armée puisque à prendre le père symbolique pour un père réel, elle abolit l'altérité au profit de l'intégrisme. Le pas-tout cesse dès lors d'être le complément du Un pour devenir le Tout ennemi, en miroir.

À l'occasion, surgit brusquement le caractère essentiel de ce trou dans l'Autre que le névrosé entend masquer par l'affirmation de la suffisance de sa subjectivité et, s'il joue collectif, par un Un patrimonial fou.

Le psychanalyste mesure-t-il l'intérêt de ce sur quoi, sans pourtant que ça fasse cause, il a à tenir ?

Ch. Melman - 17 mars 2018

CUARENTONAΣΑΡΑΝΤΑΚΟΝΤΑΕΤΊΑ - QUARANT’ANNI - QUADRA

Espace personnel