Accueil

 

Passage par Nadja

Date publication : 20/11/2015
Dossier : Parutions des membres chez d'autres éditeurs

 

Il y a des textes qui sont des passeurs pour le lecteur comme pour l'écrivain. Des textes qui vont au-delà de l'émotion qu'ils procurent, au-delà des informations qu'ils apportent, car ils vont nous chercher jusqu'au lieu précaire où les mots risquent leur sens. Le livre d'André Breton, Nadja, est de ceux-là.
Ce n'est pas seulement le récit célèbre d'une rencontre entre le poète et la jeune femme qui se donna à elle-même l'énigme de nom de Nadja, ni celui d'un échec de cet amour qui la conduisit au désastre. Sur ce point, le pathétique et le lyrisme n'instruisent pas.
La rigueur clinique de Breton lui avait fait voir la fragilité de Nadja et il fut bouleversé - quoi qu'on en ait médit - par le déclenchement brutal de sa psychose. Il se savait partie prenante de ce ravage. Il avait éprouvé lui-même les dangers des expérimentations poétiques d'une écriture automatique surgie de l'inconscient dans Les Champs magnétiques. Mais n'est pas fou qui veut. Au contraire, il y trouva le lieu exact mais aride où la poésie ne trangresse pas seulement des significations déjà-là, mais invente la production même du sens. C'était le lieu où Nadja ne pouvait se tenir, mais où elle tentait l'impossible sans pouvoir le forcer par l'écriture. Ses lettres touchantes se brodent sur le canevas périlleux des textes que Breton lui fait lire, mais lui font comprendre à quel point elle est perdue. Nadja est le récit du passage par une radicalité qu'il élabore du même coup, car elle n'est pas donnée, sur ce qui peut faire sens dans le langage et dans le monde. Cela ne laisse intactes, ni l'écriture de Breton, ni la lecture de ceux qui ont enfin décidé que le Surréalisme est autre chose qu'un bric-à-brac muséal, imaginaire, énigmatique et séducteur.
Prix : 14 €
Date de parution : 2015
ISBN : 9782718609324

Espace personnel