Accueil

 

Y a-t-il encore une différence sexuée ?

Date publication : 29/01/2014
Dossier : Parutions des membres chez d'autres éditeurs

 

Alors même que la sexualité semble envahir l’ensemble de la vie sociale, on constate une difficulté des hommes et des femmes à trouver l’assise de leur identité sexuée. Confrontés à un discours social qui réduit la différence sexuée à une affaire toute relative, liées aux « genres », les hommes et les femmes expriment souvent leur mal-être de façons détournées. Les femmes, privées de la fiabilité d’un discours qui assurerait leurs droits et la reconnaissance de la différence, posent de manière indirecte des questions sur leur féminité en développant des troubles alimentaires, en recourant à une IVG en dépit de la contraception, en se confrontant à des échecs scolaires ou professionnels brutaux et incompréhensibles. De leur côté, les hommes aussi ont du mal à affirmer leur position masculine, oscillant entre un autoritarisme, des propos sans consistance et des mises en acte inconséquentes.

En les rapportant aux conditions de la parole et aux formules de la sexuation introduites par Jacques Lacan, Jean-Marie Forget propose de décoder ces manifestations symptomatiques. Pour lui, elles révèlent les difficultés à reconnaître l’altérité, qui s’expérimente dans la différence sexuée, comme fondement de la subjectivité de chacun : l’altérité entre les êtres qui, quand elle est bafouée, resurgit dans des débordements racistes, et l’altérité à l’égard de soi-même qui à notre insu s’échappe dans nos actes. Car, ce qui fait de nous des êtres de parole est à jamais insaisissable, mais l’est différemment en position d’homme ou de femme

Voir Editions Erès

Espace personnel