Accueil

 

Rencontre avec Marcel Czermak

CHASSAING Jean-Louis
Date publication : 09/06/2021

 

Rencontre avec Marcel Czermak

Jean-Louis Chassaing

 

La première fois que Marcel Czermak est venu à Clermont-Ferrand je l’avais invité au C.H.U. Il était à son aise avec les internes, il parlait de psychose. Les internes en psychiatrie ont gardé à l’époque une fascination pour l’aspect charismatique qui contrastait avec des enseignements universitaires un peu plus ternes, aussi pour les développements cliniques et théoriques précis. Nous discutions le soir de la manière de faire consister un groupe de travail.

J’allais alors aux présentations de cas à Henri Roussel les mercredi en fin d’après-midi, un enseignement qui m’a marqué, nous étions peu nombreux, et ces élaborations à partir de la clinique, de la psychiatrie classique à la psychanalyse lacanienne sont restées pour moi un modèle.

Marcel Czermak est revenu quelques fois ensuite à Clermont, pour des journées d’étude, son talent et sa force de persuasion étaient attendus. Le sachant en moins bonne forme je réalisais d’autres journées localement sans lui, et ce furent les foudres « Pourquoi vous ne m’avez pas invité ? Personne ne m’en a parlé ! Sur un sujet comme ça ! C’est dégueulasse ! Vous êtes désolé je m’en fou ! Vous êtes des salauds ! ». Douche.

Nous nous sommes bien sûr reparlés. Notamment il me sollicitait lorsque j’ai eu un conflit avec un chef de service, il voulait savoir comment cela se passait, lui-même étant en difficultés.

J’ai beaucoup appris avec Marcel Czermak, ces rencontres, ses textes, ses livres.

Et la photographie.  Parmi tous les appareils qu’il possédait il y avait le fameux Hasselblad X Pan, rare matériel ! Il m’expliquait, pratique à l’appui, comment fonctionnait cet appareil panoramique de grande qualité. Il en parlait presque comme le grand clinicien qu’il était.

Je lui rends hommage.

Espace personnel