Accueil

 

Au-delà des figures de l’autre

Une relation à l'autre moins barbare est-elle possible ?
COLLECTIF
Date publication : 17/01/2020
Dossier : Les cahiers de l'ALI

 

PRÉSENTATION
 
La collection des Cahiers de l’ALI, qui trouve ici une nouvelle forme éditoriale, retrace les thèmes et les contenus des Journées de travail de l’Association Lacanienne Internationale, à Paris, dans les différentes villes et régions, et dans les divers pays dans lesquels ces journées ont eu lieu. Ces Cahiers permettent ainsi à la fois de lire les Actes des journées, d’appréhender une cartographie des écoles de travail de la psychanalyse, et de se rappeler les différents faits marquants au long de l’histoire de l’association.
 
Travail, association et écoles sont des signifiants qui portent et importent.
 
Le « transfert de travail » a été évoqué par Lacan dans la proposition de 1967, dans un rapport à la transmission. Celle-ci, selon lui, s’effectue par le travail de chaque un, fut-il à mettre à l’épreuve avec d’autres.
 
Ecoutons Charles Melman pour les deux autres termes, lorsqu’il distingue Société, association et école.
 
Jean-Louis Chassaing
 
« Une association suppose l’égalité des membres, des partenaires.Et si nous-mêmes nous nous sommes retrouvés dans une association, le choix des termes n’est pas quelconque. Je vous évoquai tout à l’heure les incidences du signifiant sur le réel. (...) chacun a là à porter – même si ce n’est pas le cas – sa part du travail : on attend de lui qu’il y contribue comme tout le monde ; on est associés. »
 
« Une école de psychanalystes suppose un référent commun, et qui, pour les psychanalystes, ne se résume pas en un savoir, mais bien plutôt, dans le savoir je ne dis pas du réel (ça prêterait à un malentendu), je dirai le savoir concernant le réel qui est lui-même le lieu du savoir »
 
Charles Melman, « Problèmes posés à la psychanalyse », ch. 8 Le réel n’est pas un concept mais un lieu, 10 février 1994, érès, 2009.
 
 
 
                                                                    Au-delà des figures de l’autre
 
Dès 1921, Freud écrivait : « [...] la masse ne peut être agitée que par des mots d’ordres excessifs. Quiconque voudra agir sur elle, n’aura besoin d’aucun argument logique. Il devra utiliser des images fortes, en exagérant et en répétant toujours la même chose. » Quotidiennement bombardés par des mots d’ordres et des images fortes, notre premier mouvement est de se rallier à l’opinion commune, de s’y identifier, de choisir l’un, d’exclure l’autre. Face à ce débat d’opinion qui conduit à l’affrontement Freud indique que notre seul recours est un travail sur la logique. C’est la voie suivie par Lacan dans son enseignement qui lui permit de distinguer plusieurs dimensions de l’autre. Quels éclairages nous apporte aujourd’hui le discours du psychanalyste ? Quel rôle pouvons-nous avoir dans la cité, sur le lien social ?
 

Détails
Éditions Détails ALI
ISBN : 978-2-87612-105-8
Prix : 25€
Vous pouvez le commander auprès du secrétariat de l'ALI.

Espace personnel