Accueil

 

Retour de Russie

MELMAN Charles
Date publication : 19/08/2019

 

Retour de Russie
 
Il ne s’agit pas ici, comme Gide le fit en son temps pour le régime soviétique, de dénoncer le retour du tsarisme avec Poutine, mais de rapporter une modeste expérience privée vécue au cours de ce voyage. L’obligation était pour ma femme et moi de partager notre table avec une sympathique et honnête famille méridionale dont le couple, avec ses deux filles adolescentes, fêtait la cinquantaine. La conversation aimable et animée embarquait joyeusement ma femme, de leur génération, tandis qu’il apparaissait que mon devoir était de contempler mon assiette et de la boucler. Les tentatives de glisser quelques remarques sentencieuses pour signaler que j’étais là tombaient à plat ou dérangeaient, de sorte que ma principale compagnie fut celle des boulettes et du bortch, pas très bons de surcroit. Contraint à être muet comme une tombe, en outre on m’y fourrait.
 
De là, je pouvais tranquillement méditer sur le sort réservé aujourd’hui au savoir et à l’autorité que mon âge représentait, que je le veuille ou pas. Le prosaïsme de la conversation, la focalisation sur le présent, la spontanéité de l’échange faisaient le dessert. J’en fus donc privé. Je ne sais plus très bien ce que cette anecdote de voyage me rappelle… Mais heureusement les psychanalystes ne sont pas comme ça, du moins je le crois, parce que pour Freud c’est vrai, les viennoiseries furent plutôt amères. Ceci étant, et si vous voulez me faire crédit, je vous signale que Saint-Pétersbourg est devenue, grâce à l’argent de Poutine précisément, la plus belle ville du monde, sûrement, et je ne saurais trop vous recommander de vous y rendre dans les conditions que vous jugerez bonnes.
 
Charles Melman
Le 16 août 2019

Espace personnel