Accueil

 

La psychanalyse est-elle une cause défendable ?

MELMAN Charles
Date publication : 07/06/2019

 

La psychanalyse est-elle une cause défendable ?

 

Il est notable que Freud fut un peu seul pour la soutenir, face à l’exacerbation qu’elle pouvait provoquer chez les patients des passions traditionnelles, ethniques ou nationales comme pour Jung, ou banalement moïques chez n’importe qui. Et moi et moi, ce fut aussi le mot d’ordre des élèves de Lacan, un peu court reconnaissons-le.

Pour le premier, il s’agissait de mettre un terme à la puérilité de l’espèce, aliénée par un idéal ballotté entre le Un totalitaire et l’excrément.

Pour notre maître, la mutation culturelle était aux portes qui voyait enfin dans notre dépendance à l’endroit du langage la cause du symptôme et avec lui de la connerie. Mais ce programme ne pouvait être défendu sans le dénaturer en y inscrivant un mot d’ordre collectif,– debout les damnés du vivant – antipathique avec la détermination individuelle qu’il nécessite.

Il aura fallu que Lacan prenne de l’âge et commence à bégayer pour que ses ultimes fidèles se mettent à remuer de la queue et se rangent derrière celui qui affirmait avoir la plus grosse, légitimée devant notaire de surcroît, par le titre de “exécuteur testamentaire”.

Il a exécuté en effet, réduisant à celui d’un camp d’entraînement pour une guerre qui n’aura jamais lieu un enseignement exceptionnel.

Laisse-t-il en paix notre propre groupe ? La réponse pourra être évoquée à Lisbonne.

Ch. Melman

5 juin 2019

Espace personnel