Accueil

 

FILEUSE DE L’INVISIBLE — MARINA TSVETAEVA

CLAUDEPIERRE TIGIRLAS Luminitza
Date publication : 31/05/2019
Dossier : Parutions des membres chez d'autres éditeurs

 

FILEUSE DE L’INVISIBLE — MARINA TSVETAEVA (éditions de Corlevour, juin 2019)

Inspiré par l’œuvre et la vie de la poétesse russe Marina Tsvetaeva, ce volume couronne ce qu’on peut appeler une Trilogie, initialement intitulée « Parfaire le sacré sans pardonner l’amour », texte un peu volumineux pour voir le jour dans un seul livre. Sa publication a été possible en trois volets qui interrogent le sacrifice de l’amour au nom de la création et dans le silence du sacré, commencée avec Rilke-Poème. Élancé dans l’asphère (L’Harmattan, 2017) et poursuivie dans l’ordre de leur publication par l’essai Avec Lucian Blaga, poète de l’autre mémoire, (Du Cygne, 2019).


TABLE

Liminaire 9

I Au métier du hors-âme 13

II Brisures et éclatement d’un « Dieu-Diable » 43

III Brûlure du Vide à vif du poème 59

IV Saule-Sapho, frère féminin 95

V Être unique et ne pas rencontrer l’Homme 123

VI Au monde — du son irrecevable 149

VII Où sont les mots à ne pas finir ? 167


Le fil est une voix créatrice d’hérésies, elle monte au-dessus du métier de la fileuse de l’invisible — Marina Tsvetaeva (1892-1941). Sa nécessité rythmique d’être poète est celle de vivre, d’accomplir sa mission « d’oreille de la voix ». Se disant « murée vive », Marina exhorte le monde à la vérité de la perte et au franchissement poétique du Mur qui l’exile à l’intérieur d’elle-même. La poétesse s’appelle tour à tour Ariane, Maroussia, Tatiana, Sonetchka, Anna, Frère féminin, Rilke, Pasternak, Dieu-Diable, Noyé, Musique, Mère-Morte, Meurtrimère… Vide, Âme, Dieu… Poète de l’être à l’âme toute nue, Marina Tsvetaeva se fonde et se refonde dans une exposition poétiquement hérétique et, pourquoi pas, lyriquement croyante. Son exigence particulière pour le sacré fait ériger en vers « la vérité céleste contre la vérité terrestre ». Le vide, l’âme, le mystère et le sacrifice en tant qu’il est la « passion de la mort » nous interpellent au cœur des œuvres lues au cours de cet essai dans leur reflet de l’amour de l’amour en même temps que son refus. Passionnément, le désir d’amour de Marina est désir de mort.


À Propos de l'auteur

Luminitza C. Tigirlas : D’origine roumaine, née en Moldova orientale, écrivain de langue française, psychanalyste, membre de l’Association Lacanienne Internationale. Elle a publié : Nuage lenticulaire, (Poésie, Encres vives, 2019) ; Avec Lucian Blaga, poète de l’autre mémoire, (Essai, Du Cygne, 2019) ; Foherion, (Anthologie, Tarabuste, 2019) ; Noyer au rêve, (Poésie, Du Cygne, 2018) ; Rilke-poème. Élancé dans l’asphère (Essai, L’Harmattan, 2017).


 Voici deux liens concernant cette parution vers les éditions de Corlevour :

1er lien vers les éditions de Corlevour

2ème lien vers les éditions de Corlevour

 

 

 

Espace personnel