Accueil

 

FEU

MELMAN Charles
Date publication : 23/04/2019

 

FEU

La cathédrale flambe tandis que l’Église saigne. Ses flammes symbolisent le bûcher sur lequel on attache les prêtres pédophiles ou plus simplement ceux qui ne les ont pas dénoncés.

Il y a quelques années des révélations sur les finances du Vatican rappelèrent que l’argent peut  corrompre ceux-là même qui sont préposés aux saintes charges.

Mais les accusations de pédophilie ont une autre portée. D’abord parce qu’il est connu que les communautés masculines sont l’abri ordinaire, souvent définitif, contre l’homosexualité. Que certains y cèdent, parfois les meilleurs, les concerne et non pas la communauté à laquelle ils appartiennent. Même si celle-ci a pour règle l’indulgence et le pardon des péchés.

De sorte que les attaques actuelles contre l’Église visent d’abord à discréditer son parti, inévitable si elle est conséquente avec elle-même, contre l’avortement, la G.P.A. à venir, le transvestisme, l’homosexualité, etc.

Mais aussi, et voilà qui est moins apparent, visent à frapper le sexe lui-même dont la religion a fait un enjeu spirituel majeur alors que le courant actuel veut l’imposer comme un sextoy.

Il est vrai que le ludisme occupe une part croissante des investissements populaires mais s’il ne reste que le pain à réclamer, le déclin de l’Urbs n’est vraisemblablement pas loin.

Charles Melman
19 avril 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

Espace personnel