Accueil

 

REMARQUES SUR LA LEÇON 9 - A PROPOS DU TEXTE DE ELLA SHARPE

LANG Patricia
Date publication : 29/03/2019
Dossier : Le collège de l'ALI

 

« Le Désir et son interprétation »

ACTIF, PASSIF : OPPOSITION GRAMMATICALE, PROXIMITE PSYCHIQUE

Remarques sur la leçon 9, à propos du texte de Ella Sharpe

Le patient de Ella Sharpe dit : “...a dog rubbing himself against my leg, really masturbating himself...”[1]. Ce que Lacan reprend : « ...un chien qui se frottait contre ma jambe, réellement se masturbant lui-même... »[2]. Si le pronom " lui-même " n'est pas indispensable en français, la réflexivité a cependant le mérite de souligner le rôle actif du chien, ce qui renvoie le patient à une position passive. Notons que Lacan traduit textuellement les paroles du patient. C'est Ella Sharpe qui inverse la construction grammaticale en écrivant : « Dog again brought memory of masturbating a dog. »[3] (" À l'évocation d'un chien, le patient eut souvenir d'avoir masturbé un chien ").
Lacan cite cette phrase de Ella Sharpe textuellement[4], mais il y a discordance entre l'anglais cité dans la note et le texte correspondant, qui se présente pourtant comme une traduction : « ...un chien qui se masturbe ». Et Lacan de préciser : « emploi naturellement intransitif ». Alors que dans la phrase anglaise le verbe est employé transitivement[5].

D'un point de vue grammatical, Ella Sharpe inverse le rapport sujet / objet, réflexivité / transitivité, donc actif / passif… Ce qui est intéressant, vu que le patient a laissé faire :
« I'm ashamed to tell you because I did not stop him. I let him go on... ».[6]
La complaisance du patient envers le chien, et la honte qu'il éprouve à raconter cet incident, pourraient indiquer, de sa part, une implication (du moins mentale) plus active dans cette affaire.
Il peut donc s'agir de la même confusion entre actif et passif, entre qui est qui, comme à propos de la femme de son rêve. Et la construction grammaticale transitive, ainsi modifiée par Ella Sharpe, est la même que celle qu'emploie le patient lorsqu'il relate son rêve avec la femme : « I thought that I would masturbate her »[7]. L'inversion grammaticale pratiquée par Ella Sharpe en ce qui concerne le chien semble porteuse de sens. Et la confusion entre sujet et objet, entre moi et l'autre, est cohérente avec le fantasme consistant à se faire passer pour un chien.

Ces réflexions posent la question du rapport entre sujet et objet. Et ce raisonnement est établi à partir d'une observation grammaticale.

Patricia Lang

agrégée d’anglais,

inscrite au Collège

 

[1]  Le Désir et son interprétation, éd. ALI, 2010, p.530

[2]  Ibid, p.184

[3]  Ibid, p.536

[4]  Ibid, p.184, note 7

[5]  Ibid, p.184

[6]  Ibid, p.530

[7]  Ibid

Espace personnel