Accueil

 

Charcot -Les chemins imprévus de l’inconscient

DUFOUR Alain
Date publication : 29/03/2019

 

Charcot -Les chemins imprévus de l’inconscient

Une nouvelle et salutaire édition de l’étude de G. Swain et M. Gauchet sur Charcot [1] est parue. Elle est complétée par deux articles importants « Le rôle de Charcot dans la construction de la neurologie moderne » signé par Jacques Gasser et encore  d’Alain Chevrier cette fois : « Charcot et l’hystérie dans l’œuvre d’André breton »

L’ensemble de ces études nous permettent de passer du mythe à la réalité des importantes contributions de Charcot. Mais aussi en nous situant quels paradigmes orientaient la pensée et la recherche en son temps elles ouvrent des pistes enrichissantes sur ceux qui nous influencent aujourd’hui. Les enquêtes méticuleuses de G. Swain et M.Gauchet illustrent la vie d’un clinicien qui toute sa vie a construit ses théories au gré de ce qu’une observation attentive lui dictait, un homme de science nécessairement influencé par  les découvertes et théories ambiantes mais qui sut les critiquer et les dépasser.

Le lecteur pourra être surpris, voire amusé, d’apprendre ce que désignait le mot « transfert », à cette époque, (1877) dans la clinique de l’hystérie. Pour ma part je demeure perplexe quant à son emploi pour traduire Übertragung quelques décennies plus tard. Serait-ce, à ce moment là, la conséquence d’un désaveu ou d’un refoulement des travaux de la Salpêtrière ?

Quoiqu’il en soit le long et rigoureux travail de Charcot est à découvrir comme une vaste entreprise d’assainissement doctrinale. Le chercheur, inséparable du clinicien, jusqu’à l’année de sa mort en 1883, n’hésitera jamais à remettre en cause les théories, concepts et hypothèses qui ont jalonné son parcours. C’est en effet en 1883 qu’il accueille favorablement les découvertes des psychologues Binet et Janet.

 S’agissant des méthodes thérapeutiques à mettre en œuvre il se montrera attentif aux succès de Janet et de Freud. Freud dont quelques extraits édifiants  de la correspondance avec le maître de la Salpetrière nous renseignent sur « les chemins imprévus de l’inconscient »

A lire absolument, non pas seulement comme une curiosité historique mais surtout comme l’exemple profitable d’une démarche qui par maints aspects rappelle aussi celle de Freud.

Alain Dufour

 

[1] Le vrai Charcot-Les chemins imprévus de l’inconscient-Calmann-Lévy Coll. Liberté de l’Esprit

Espace personnel