Accueil

 

DEPARTEMENT DE PSYCHANALYSE ET TRAVAIL SOCIAL

COLLECTIF
Date publication : 20/07/2018

 

Fondatrice : Jacqueline Bonneau

Responsables : Pierre Arel, Pascale Bélot-Fourcade, Jacqueline Bonneau,
Philippe Candiago, Christine Dura Tea, Luiz Alberto de Farias, Jean-Pierre Gasnier, Nazir Hamad, Noureddine Hamama, Aurore Hoang- Di Ruzza, Élisabeth La Selve, Jérôme Lebaud, Jean-Pierre Lebrun, Rozenn Le Duault, Françoise Rey, Thierry Roth, Jean-Luc de Saint Just, Louis Sciara, Anne-Marie Tabouret, Bernard Vandermersch, Alain Voisinne

Contact : Thierry Roth [33 (0)6 85 10 86 79]

« Les travailleurs sociaux ont à faire aux déchirures du tissu symbolique qui, chez nous comme pour les autres cultures, maintient la cohésion sociale. La difficulté de leur action tient aujourd’hui à ce que les exigences du libéralisme économique ont une action dissolvante sur un réseau de règles et de contraintes essentielles – psychiques, morales, politiques – auxquelles se substituent la désaffection pour le civisme et la contractualisation des rapports. Le juridisme remplace les “bonnes manières”.

L’inconfort des interventions sociales est que, faute d’une éthique neuve de la cité, elles sont coincées entre l’injonction morale traditionnelle – inefficace en même temps qu’accusée d’être “réactionnaire” – et le raccommodage pratique ponctuel et sans perspective. Peut-on faire autrement, et au cas par cas ? Répondre à cette question est l’enjeu de notre enseignement. »

Charles Melman, Septembre 2001


Pour répondre à cet objectif, ce département s’articule autour de deux axes principaux qui en orientent l’adresse :
Le premier, psychanalystes en institution, engage des membres de l’ALI, psychanalystes ou non, impliqués dans une pratique institutionnelle avec des travailleurs sociaux. 
Le second, questions cliniques des travailleurs sociaux, donne l’occasion à des travailleurs sociaux d’interpeller des psychanalystes à propos de leur pratique dans l’attente d’une élaboration en commun.

À Paris et en Ile-de-France

« Interroger le réel des pratiques sociales »
Pascale Bélot-Fourcade, Christine Dura Tea, Nazir Hamad, Thierry Roth, Louis Sciara, Bernard Vandermersch. Contact : Thierry Roth [33(0)6 85 10 86 79]

À l’ALI, un samedi par trimestre, de 10h à 12h, à partir du 16/12/2018 (Pascale Bélot-Fourcade et Thierry Roth), puis le 16/03/2019 (Nazir Hamad), et le 16/06 (Alain Voisinne).
Interroger « le réel des pratiques sociales » implique de s’interroger à la fois sur le réel de notre social (et donc sa butée), en tant qu’il se trahit notamment par la langue de ses institutions, et sur le réel à l’œuvre dans des situations symptomatiques particulières en rapport avec ce réel social. Cela concerne aussi bien les travailleurs sociaux que les psychanalystes.
Thème de l’année : Soutenons-nous encore le pari de la parole ?
Ouvert aux psychanalystes, aux professionnels du travail social et socio-éducatif.
 
Cercle d’étude : L’âge du sujet ? 
Rozenn Le Duault, Véronique Ballu-Vernet, Jean-Luc de Saint-Just. Contact : Véronique Ballu-Vernet [33(0)6 83 39 61 96]
Cercle de 10 participants, ouvert aux professionnels confrontés à la clinique du sujet âgé. 
À l’ALI, le 2ème mardi de 19h15 à 21h, à partir du 10/10.
À une époque où notre civilisation et le progrès de la science permettent une longévité jamais atteinte, nous vivons une situation inédite. Elle interpelle vivement des psychanalystes comme des professionnels du travail social et de la santé. Que pouvons- nous élaborer à partir de la question du désir et du corps dans le vieillissement ? Cette élaboration pourra amener à une proposition de journées d’études.
 
En articulation avec l’AMCPSY
 
« L’enfance malmenée » – En lien avec l’École de Psychanalyse de l’Enfant et de l’adolescent (EPEP) et l’ALI-Rhône-Alpes
Pascale Bélot-Fourcade, Françoise Rey, avec Jérôme Lebaud, Anne-Marie Tabouret, et la participation d’Angela Jesuino
À l’ALI et à l’ALI-Rhône-Alpes, le 3ème  mardi à 21h, à partir du 17/10 (un programme sera donné à la rentrée).
17/10 – Pascale Bélot-Fourcade : « De Winnicott, Jenny Aubry à Lacan : pour un parcours rapide des différentes théories » 
Interventions prévues de Pascale Bélot-Fourcade, Véronique Bellangé (Le Havre), Christine Dura Tea (Nice), Angela Jesuino, Françoise Rey, avec Jérôme Lebaud (Grenoble), Alain Voisine (Angers)
 
Qu’en est-il des rapports des sujets contemporains au travail ?
Pascale Bélot-Fourcade, Christine Dura Tea, Pascale Moins
À l’ALI, Vendredi à 20h30, à partir du le 5/10 (Sandrine Calmettes : « Travailler ? J’ai pas envie »). Un calendrier sera donné lors de la première séance.
L’élaboration lacanienne nous a fait connaitre que les mécanismes de l’assujettissement collectif et ceux de l’aliénation individuelle ont même structure. Ceci nous permet de prendre la dimension des mutations sociales actuelles sur la subjectivité des sujets contemporains et en particulier celles, décisives, qui concernent le travail.
Aujourd’hui, on parle peu des effets bénéfiques du travail ou du traitement de la psyché par le travail, moins des effets délétères des pertes d’emploi que de la souffrance au travail.
Le « tripalium » (étymologie du travail : torture) se déplie sous une forme victimaire : burn-outbore-out, harcèlement, risques psycho-sociaux autour desquels prolifèrent autant de propositions de préventions que d’incitations à les porter sur le plan judiciaire avec l’inscription, dans le champ de ce qui est appelé « psychopathologie du travail », d’un nombre croissant de nouvelles maladies professionnelles.
Dans les questions multiples qui peuvent ressortir de ces constatations, nous aurons à revoir les incidences de nouvelles modalités du travail comme :
— La déréliction temporelle par rapport à l’accélération des nouvelles technologies
— L’emprise des techniques managériales.
— Les « délocalisations » en tous genres
— Les pertes de solidarité
Autant de facteurs pourvoyeurs d’une clinique de l’exclusion du sujet face à son œuvre, clinique que nous essaierons de décliner en fonction des catégories du symbolique, du réel et de l’imaginaire.
 
Ateliers itinérants des artisans du réel
Maria Rougeon et Jean-Luc de Saint-Just,  33 (0)6 85 34 50 73
À Chambéry, le samedi 13/10, puis à Forcalquier au printemps 2019.
Nous sommes nombreux à être sollicités pour accompagner des équipes dans l’élaboration de leur pratique (soignants, travailleurs sociaux, enseignants, professionnels de la petite enfance, etc.). Pour autant, il y a peu d’espaces, ou à la marge, pour nous inviter à mettre en commun cette clinique avec notre pratique analytique, tant en ce qui concerne notre pratique avec ces équipes, que ce que leur clinique nous enseigne.
 
À Angers
 
Groupe de travail
Alain Voisinne [33 (0)6 82 84 79 98]
Le 2ème jeudi
25, rue du Marquis de Turbilly, Angers
Ce groupe s’inscrit dans le fil du département « Psychanalyse et Travail Social de l’ALI ». Il est question de mettre ici au travail les questions que les mutations et déchirures du social viennent convoquer auprès de celles et ceux, psychanalystes et autres, qui se trouvent engagés institutionnellement ou non dans un réel des pratiques professionnelles et d’élaborer à partir de ces pratiques en y envisageant les enjeux et la question du Réel.
Une journée de travail est prévue en novembre 2019 (date et titre à définir).

Espace personnel

POST- TESTTEST