Accueil

 

Situation de notre Association

MELMAN Charles
Date publication : 02/07/2018

 

Il y a un contraste entre sa solidité foncière, c'est-à-dire l'attachement de la grande majorité des membres aux possibilités de travail et d'être reconnu qu'elle leur donne, et les dissensions apparues. `

Autre étonnement : celles-ci ne portent jamais sur le fond, ou sur ce qui aurait été un manquement à nos références, mais, au contraire, sur ceci qu’elles ont été respectées. Ainsi un mail intitulé "Dazibao" dit clairement l'intention insurrectionnelle de liquider notre maison. S'y ajoutent des insultes reprises contre Freud et des insinuations contre Lacan, façon sans doute de vouloir déstabiliser le transfert. Qu'on me permette aussi un élément personnel : je supporte mal qu'on veuille se servir des malheureux migrants à des fins d'avancement personnel. 

Alors quoi ? Je tiens d'un ami ce que sans doute je n'étais pas en mesure de voir : l'agitation en cours vise le partage des dépouilles de celui qui n'est pas encore mort. Des anthropologues trouveraient comique cette résurgence parmi nous du rituel qui consiste à s'incorporer les meilleurs morceaux, démembrés, du chef. Le problème plus sérieux est qu'ils servent l'exercice de chefferie, où la pratique du pouvoir prime sur les fins.

Serais-je un chef ? Certes, mais assez original dans notre cas puisque le représentant d'aucune instance si ce n'est… du rien, car la théorie défendue n'a pas d'autre principe. Le n. b., c'est la solidarité de riens qui se distinguent à cette occasion d'être réel, symbolique et imaginaire. Mais l'envie de dépouiller me représente comme l'obscène instrument dont il s'agirait de piquer un morceau. Il m'est arrivé de m'emporter en A. G. n'agressant de fait que moi-même, découragé par la bêtise, incurable comme le dit Lacan, préparant par exemple la curée. 

La notice nécrologique ainsi diffusée est pourtant prématurée et le corbillard attendra. Un vieil ami a renoncé à son plein temps de grand-père pour diffuser que l'Association en avait pour six mois. On verra à cette date qui subsiste.

Je tiens à rendre hommage à notre Président sortant Marc Darmon, qui a tenu tête avec intelligence, tact, et une amitié déchirée, à ce déferlement de bassesse. Aux membres du Bureau, trop discrets peut-être mais toujours présents et efficaces. Le dysfonctionnement du secrétariat, dont on a voulu faire un champ de bataille, est lié au fait que nous n'avons pas le talent ni le souci de managers. La nomination d'un collègue pour le diriger et l'apurement des comptes feront l'affaire. De Jean-Paul Beaumont, qui succède à Marc, nous pouvons attendre le meilleur. Enfin, j'ai prié Claude Landman de bien vouloir s'inscrire à la suite et être le prochain vice-président. Nous sommes liés par une amitié de toujours, qui passe par la primauté accordée à la psychanalyse et à l'enseignement de Lacan : nous en avons vu ensemble de toutes les couleurs. Mais qu'on me permette aussi d'évoquer un lien personnel avec lui : son beau-père, notre cher et tellement regretté Jorge Semprun, un exemple devenu trop rare.

À bientôt, 

votre Charles Melman

Espace personnel