Accueil

 

Philologie, Linguistique et/ou Linguisterie ?

CHASSAING Jean-Louis
Date publication : 18/06/2018

 

Il y avait ce livre, « La linguistique fantastique », publié chez le fameux Joseph Clims éditeur (Denoël), 1985, avec des textes de Michel de Certeau… Jean-Claude Milner… Régine Robin… Paum Zumthor… Egalement Mireille Cifali, Michel Arrivé, et d’autres.

Il y avait « La Linguisterie », séminaire de Charles Melman, 1991-1993, publié en un volumineux livre aux Editions de l’ALI. Aout 2008.

Puis, de manière plus orientée du coté des linguistes, notamment de Michel Arrivé, « Linguistique et psychanalyse » (avec Claudine Normand, chez In Press, 2001 puis repris chez Hermann en 2013. « Linguistique et psychanalyse. Freud, Saussure, Hjelmslev, Lacan et les autres » (Méridien/Klimcksieck, 1987). « Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient. Freud, Saussure, Pichon, Lacan » (aux PUF, 1994, puis chez Lambert-Lucas, Limoges,  2005). Et « Le linguiste et l’inconscient » (PUF ; Formes sémiotiques, octobre 2008).

C’est par le biais de quelques articles lus de ci de là que j’appréciais la rigueur classique, inventive et critique de Michel Arrivé. Et c’est par un article envoyé après discussion, par et avec Cyril Veken, que je poursuivis la lecture, épisodiquement cependant.  Notre séminaire du dernier jeudi du mois avec Martine Lerude et Jean-Paul Beaumont m’a amené à approfondir ces textes.

Michel Arrivé est décédé le 03 avril 2017. Bachelier à 16 ans, agrégé de grammaire à 21, il est nommé assistant à la Sorbonne à l’âge de 30 ans, exerce ensuite à Tours, puis à l’Université Paris X-Nanterre. Spécialiste d’Alfred Jarry, il établit et rédige la présentation du Tome 1 de l’intégrale de l’œuvre dans la Pléiade en 1972.

Ainsi que l’indique la parution de sa disparition dans les carnets du Monde il a un parcours remarquable et remarqué : Professeur de sciences du langage à l’université Paris-Ouest-Nanterre, régent iconodule et grammatophylaque du Collège de Pataphysique, chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, commandeur dans l’ordre des Palmes académiques, chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Et « grammairien, sémioticien, écrivain de grand talent, spécialiste de l’interface linguistique-psychanalyste ».

Par une coïncidence remarquable je reçois alors l’indication de la parution, tardive mais factuelle, effective, des actes d’un colloque de Cerisy que j’avais demandé il y a quelques années.

Izabel Vilela, linguiste et psychanalyste qui en dirige la publication, a travaillé avec Michel Arrivé, elle effectue avec Jackson un travail important de rassemblement de textes de confrontations de la linguistique avec la psychanalyse, avec l’inconscient, textes établis lors de ces colloques et de rencontres. Elle travaille elle-même beaucoup à propos de Ferdinand de Saussure.

Elle a ainsi publié deux articles d’histoire et d’interrogations à ces sujets :

. « Schreber, Saussure et le temps perdu de la psychose » dans la Revue française de psychanalyse 2017/1 (Vol. 81)

. « A propos de quelques liens entre Freud, des linguistes et philologues dans les années 1885-1915 : le cas de F. de Saussure » dans Topique 2007/1 (n° 98).

La Revue internationale Langage et Inconscient, quant à elle, fait en ce numéro 5 référence à un séminaire dans le cadre de l’Institut des Hautes Etudes en Psychanalyse (IHEP), séminaire intitulé « Le langage à l’épreuve de l’inconscient ».

Sans doute nous pouvons tout du moins connaître ces études, un travail effectué « ailleurs » et dans notre domaine, et aider s’il en est à leur diffusion. Certains textes sont fort intéressants selon moi, d’autres m’ont moins concerné, et même si Lacan a glissé vers sa linguisterie il n’est pas inutile de lire ou relire des prémisses voire des critiques de linguistes intéressés par l’inconscient et sa structure… « comme un langage ».

Espace personnel

POST- TESTTEST