Accueil

 

Noyer au rêve

CLAUDEPIERRE TIGIRLAS Luminitza
Date publication : 11/04/2018
Dossier : Parutions des membres chez d'autres éditeurs

 

La tige libère le saut encore brou et la mémoire de l’être-poète tient éveillé un dieu phonémique. Il donne corps aux ondulations d’une attente révélatrice dans ce recueil où pour d’autres jonctions / des figures jaillissent de ma cosmose. Le rythme de la poésie est décidé par une lame de fond, les mots remontent, parfois vertigineusement, à la surface de l’oubli. Ils nomment Faiseuse de vagues, celle qui souffle sur le feu des trois langues. Dans cette étreinte, le noyer est à l’enfance, à la nudité du rêve, aux jours-flotteurs d’anneaux… Végétal, un quatrième idiome sécrète le manque au fil des poèmes par les racines et les chatons du noyer. Nucarul, l’arbre mythique est témoin volubile de cet autre exil — meurtrissure dans la chair des vocables maternels. Par-delà la perte, une sève non répertoriée / s’offre aux nouvelles entremises des mots / sur les calvaires d’une langue personnelle — le territoire intime de l’être s’éploie vers un autre exorde... 

Luminitza C. TIGIRLAS, d’origine roumaine, née en Moldova orientale, terre annexée par la Russie, est une survivante de l’assimilation linguistique dans l’URSS. Elle a publié en roumain, langue maternelle sertie dans l’étrangère graphie cyrillique. Sa lalangue ravine sur ces traces traumatiques. Française d’adoption depuis l’an 2000, psychanalyste trilingue à Saint-Priest (Rhône). Sa poésie écrite en français a vu le jour dans des revues : Voix d’encreTriagesFrichesTraverséesPhœnixR.A.L., Écrit(s) du NordPoésie/PremièreVersoFMP, etc.

Plus d'informations ici

Espace personnel