Accueil

 

À la lanterne

MELMAN Charles
Date publication : 19/01/2018

 

Nous en sommes donc à ce moment où le peuple est invité à se révolter contre la corruption des élites. Elle peut être vénale ou sexuelle et le passage de ses représentants devant le tribunal populaire a pour verdict leur mort sociale. Mais aussi du même coup celle du concept même d'élite supposée jusqu'ici savante, alors que le peuple est devenu du fait de leur carence le dépositaire du bon sens, du jugement, le gardien de la morale, celle à rétablir.

Déjà vue dans l'histoire, cette situation annonce la venue du porte-voix qui réinstallera, à sa place, l'instance nécessaire au bon fonctionnement social, (phallique, disent les psy) c'est-à-dire la tristesse masochique partagée contre l'exubérance affichée de quelques-uns, une police des mœurs avant d'être celle du reste.

Il peut paraître bizarre de vérifier que l'atteinte de la liberté hétérosexuelle précède toujours celle de la liberté publique. Qui donc démentira ?

Le seul progrès est que la corde de la pendaison passait autrefois autour du cou, alors que le porc qui maintenant se balance est accroché par les …

C'est plus clair, au siècle des Lumières.

Ch. Melman

18 janvier 2018

Espace personnel