Accueil

 

Les filles d’Avril du réalisateur : Michel Franco

Critique de Danièle Weiss
WEISS Danièle
Date publication : 13/11/2017

 

Freud a souligné le lien archaïque entre mère et fille.  La mère est le premier objet d’amour pour la fille avant d’être un modèle identificatoire. Pour Lacan, cette relation étroite est une « hainamoration » parfois effrayante.

Que nous raconte ce film ?

Avril a deux filles, nées de deux mariages différents. C’est une femme de 50 ans, belle, énergique. Le réalisateur nous fait entrer tout d’abord dans l’univers des deux filles Valeria et Clara, avant l’arrivée de leur mère, qui quand elle survient accueille avec bienveillance l’annonce que sa fille Valeria de 17 ans, est enceinte de Matteo, un jeune homme de son âge.

Le bébé naît. Des disputes éclatent entre Avril et Valeria au sujet de la conduite envers l’enfant. Avril accapare le bébé, le couve de son affection.

 Avril se rend chez un notaire pour adopter l’enfant en arguant du fait que sa fille mineure n’est pas capable de s’en occuper et  s’enfuit à Mexico avec le bébé dans un appartement sans laisser d’adresse à ses filles. Avril permet à Matteo de voir l’enfant et lui fait promettre de ne rien dire à Valeria. Il devient son complice, habite chez elle, en prise avec les assauts sexuels d’Avril, il devient son amant.

Valeria les surprend à Mexico. Avril soupçonne alors Matteo d’avoir repris contact avec elle et le renvoie brutalement. Le bébé pleure le départ de son père. Il repousse Avril qui tente  en vain de le calmer… Elle l’abandonne alors  dans un café, sans un regard pour lui. Surprenant !

Valeria et Matteo récupère l’enfant dans un commissariat. Valeria dit pardonner à Matteo de l’avoir abandonnée et  désire reprendre une vie de couple. Au moment de prendre le bus, elle s’empare très vite, sans hésitation  de l’enfant et s’enfuit. Un sourire diabolique se dessine sur son visage. Le film s’arrête sur cette image.

Eléments d’analyse :

Ce film met en scène une problématique de rivalité entre mère et fille. Cela présente un intérêt dans la mesure où dans la clinique, il n’est pas rare de rencontrer des mères ou des belles-mères intrusives au moment des naissances et du jeu qui se joue alors entre les différents protagonistes. De son côté, la sœur ainée, propriétaire d’une épicerie se gave de nourriture, puis absorbe des laxatifs. Sa façon à elle de montrer le ravage de sa relation avec sa mère. On s’aperçoit aussi que les deux pères des filles sont très indifférents aux sorts de leurs filles quand Avril les sollicite.  

Ce film est aussi une métaphore des changements de posture et de rôle dans le couple actuel avec la priorité donnée à la fonction « maternante » sur la fonction paternelle.

Matteo est représenté comme un pantin sexuel, un objet que l’on peut manipuler. Il n’est qu’un objet jetable pour Avril. Valeria se vengera de lui et jouera la comédie pour reprendre l’enfant, enjeu de la séparation avec sa mère.

 

Espace personnel

POST- TESTTEST