Accueil

 

La Guerre de 54-55

MELMAN Charles
Date publication : 28/08/2017

 

On l’aura remarqué : dans son séminaire sur le Moi, Lacan est amené à faire la guerre à tout le monde, du moins celui qui est là à l’écouter.
Aux illustres spécialistes des disciplines connexes et dont l’épistémologie, c’est bien normal, est incompatible avec Freud.
À ses élèves, certes freud-compatibles et à ce titre déboussolés par l’introduction de nouvelles catégories conceptuelles : réel, symbolique, imaginaire.
Aux gens de l’I.P.A. trop heureux de célébrer avec l’ego autonome un retour au bercail de la psychologie classique et à son postulat de l’unité du sujet.
À Freud encore, il faut en convenir, dont la deuxième topique, qui fait du Ich le médiateur et régulateur entre un dedans déchiré entre Surmoi et Ça, et un dehors, la réalité, retrouve le pli des morales traditionnelles.
Sur tous ces fronts ouverts, Lacan montre une même compétence, de la rigueur, le refus des compromis, à ses risques et dépens, c’est-à-dire ceux d’une marginalisation et de l’isolement, de se retrouver étouffé. Pas une main qui se tende vers lui et reconnaisse l’importance de l’enjeu.
Pourquoi tout ça, en effet ? Quel serait donc le secret à préserver et à transmettre d’une discipline dont l’avènement, dont l’évènement fait reculer, oublier, changer ses meilleurs tenants, soulagés de rejoindre l’opinion commune, c’est-à-dire l’avatar laïcisé de la religion ?
Depuis, l’opinion s’est détournée des brillantes disciplines alors invitées dont elle ne semble plus attendre un recours moral ni politique.
La psychanalyse survit en France par la faute de notre pécheur solitaire. Le propre d’une société est toujours – serait-elle celle des pêcheurs à la ligne – de s’organiser pour que la prise du poisson soit l’occasion d’un clivage entre ceux qui vont l’attraper et ceux qui vont le manger.
Le problème du jour est que ce poisson commence à fortement puer, de plus en plus réel et non plus symbolisé. D’où la criée…
Les psychanalystes, lacaniens, vont-ils eux aussi moufetter ou bien moufter ? Question de leur rapport à la lettre, bien sûr, quand la prévalence du numérique réduit la frappe du signifiant à celle d’un Un promoteur du gros lot. Voilà donc que, comme à l’habitude et sans m’en être encore lassé, je fais le grelot. C’est peut-être, après tout, le sort de la profession. Bonne pâture !
 

Espace personnel

POST- TESTTEST