Accueil

 

Signification psychanalytique de l’automatisme mental. À propos du cas de L'homme aux paroles imposées

Date publication : 13/07/2015
Dossier : Journées - Signification psychanalytique de l’automatisme mental. À propos du cas de L'homme aux paroles imposées

 

Vendredi 9 octobre (19 h 30), samedi 10 et dimanche 11 octobre 2015 (9h30-17h30) à Paris

affiche journées octobre 2015

Qu'avons-nous retenu de l'automatisme mental cher à Gaétan Gatian de Clérambault ? Si ce syndrome reste ponctuellement cité dans les certificats médico-légaux, sa mention se réduit souvent au registre du commentaire des actes, c'est à dire à sa forme hallucinatoire la plus ample, là où le maître de l'Infirmerie avait décrit une marche progressive vers la xénopathie. Le syndrome est en effet supposé débuter par des phénomènes discrets concernant d'abord le registre de la pensée et n'impliquant pas au départ l'hallucination ce que Clérambault nommait petit automatisme mental, pour se déployer ensuite en un commentaire hallucinatoire permanent de la vie du sujet caractérisant le grand automatisme.

Dans un article intitulé La signification sémiologique de l’automatisme mental de Clérambault, paru en 1961, Georges Lanteri-Laura et Georges Daumézon soulignaient d’ailleurs que le cœur de la découverte du maitre de l’Infirmerie se situait plutôt au niveau du petit automatisme mental, dans la fonction de la pensée imposée, ce que les anciens nommaient hallucination psychique. Il s’agit en effet de pouvoir situer ce point de bascule des relations à l’Autre qui conduit le sujet à percevoir comme imposées des pensées qui le concernent au plus intime. Recevant, à la demande de Marcel Czermak, un patient atteint d’un automatisme mental lors d’une présentation clinique à Sainte-Anne, Jacques Lacan centrera d’ailleurs la position de ce patient autour de ce qu’il désignera comme un sinthome : ses paroles imposées. Il indiquera à cette occasion combien ce cas peut nous éclairer sur le caractère imposé de chacune de nos paroles. L’enjeu de ces journées, centrées sur la lecture de ce cas, sera ainsi de réinterroger la signification clinique de cet automatisme mental tout en soulignant combien son étude constitue une occasion d’en apprendre sur notre propre rapport au langage.

Il est vrai que la pratique quotidienne révèle une clinique de l’automatisme mental bien plus variée que le dogme élaboré par Clérambault ne pouvait le laisser supposer. L’étude de l’entretien de L’homme aux paroles imposées avec Jacques Lacan peut permettre de réinterroger ce dogme pour souligner que les formes sous lesquelles se présente cet automatisme mental constituent plutôt des tentatives d’insertion dans le langage pour qui s’en ressent comme progressivement exclu. Il s’agira donc de proposer une écriture topologique de cet effort pour retrouver une place dans le langage que constitue l’automatisme mental.

La participation à ces journées du mouvement des entendeurs de voix devrait pouvoir nous éclairer sur les aptitudes, mises en valeur par les membres de cette association, pour se réapproprier des phénomènes qui sont avant tout manifestations langagières.

Il est recommandé à tous les inscrits aux journées d’avoir lu l’entretien de l’homme aux paroles imposées avec Jacques Lacan, publié dans Patronymies de Marcel Czermak aux éditions Erès et sur le site de l’Ecole Psychanalytique de Sainte-Anne : epsaweb.fr


PROGRAMME
Vendredi 9 octobre
À partir de 19 h 00
Quelques mots d’ouverture par Nicolas Dissez
Projection de la vidéo d’Eléanor Longden (Hearing Voices Movement) « The voice in my head ? »
Lanormalité de l’homme aux paroles imposées par Maïmouna Touré
Discutant : Jean-Luc Cacciali

Samedi 10 octobre
Matinée
Présidente : Perla Dupuis
Ouverture des journées par Marcel Czermak
de l’Automatisme Mental à l’homme aux paroles imposées par Thierry Florentin
De l’homme aux paroles imposées aux phrases interrompues chez Schreber par Stéphanie Hergott
Discutant : Luc Faucher
Après-midi
Président : Etienne Oldenhove

Les vœux et les voix se sont mis ensemble », un cas d’automatisme mental de l’enfant par Eva-Marie Golder
Discutant : Louis Sciara
Automatisme mental et néologismes chez l’homme aux paroles imposées par Edouard Bertaud et Luc Sibony
Discutant : Jean-Luc Ferretto
Espace et temps dans l’automatisme mental de l’homme aux paroles imposées par Nafissa Boukerche
Discutante : Isabelle Tokpanou
20h00 : Invitation au cocktail de bienvenue de l’Ecole Psychanalytique de Sainte-Anne, à l’ALI

Dimanche 11 octobre
Matinée
Président : Thierry Florentin
Réinterroger la forclusion à partir de la clinique de l’automatisme mental par Jean-Jacques Tyzsler
Discutante : Françoise Gorog
La dimension du transfert dans le cas de l’homme aux paroles imposées par Emilie Abed
Discutant : Jean-Marc Faucher
Le cas de l’homme aux paroles imposées : vous avez dit sinthome ?e par Elsa Caruelle Quilin
Discutant : Marc Darmon
Après-midi
Président : Nicolas Dissez
la poésie de l’homme aux paroles imposées par Jean-Pierre Rossfelder :
Discutant : Jean-Paul Beaumont
Comment s’entendre avec les voix ? par Yann Derobert (Réseau des Entendeurs de Voix)
Discutants : Geneviève Nusinovici et Pierre-Henri Castel
Conclusions des Journées par Charles Melman

Espace personnel

POST- TESTTEST