Evénements

 
 
Créativité et rigueur du travail analytique avec des enfants autistes
Qu’est-ce qui peut bien intéresser un psychanalyste dans l’ Autism Diagnostic Interview-Revised ou : quand l’ADI- R prend en compte, sans le savoir, le 3ème temps du circuit pulsionnel
à Paris
A.L.I.

Le présent séminaire a une forte ambition, celle de profiter de l’expérience et de la pratique de collègues analystes avec de jeunes enfants autistes pour repérer les points d’appui les plus solides, les plus propices pour poser nos interventions dans la cure d’enfants autistes. Il prolonge ainsi notre séminaire « Le  bébé dans tous ses états », en prenant pour sujets des enfants autistes plus âgés, jusqu’à 11 ans.

La clinique psychanalytique avec de très jeunes enfants comme avec les enfants sans langage ne peut se résumer à ce que « l’analysant dit » comme l’indique Lacan pour les adultes. Car dans ces cas, le signifiant et le jeu signifiant passent aussi par le geste. Il n’est qu’à rappeler à ce propos le travail très enseignant d’André Meynard sur les enfants sourds « Parler avec les mains, entendre avec les yeux ». C’est en quoi l’écoute ne suffit pas là, et que le regard de l’analyste est ainsi appelé dans ces cures. Et c’est pourquoi le présent séminaire reprend aussi des modalités de travail clinique du séminaire sur le bébé, qui se sont avérées fructueuses, comme le travail à partir de films vidéoscopiques. C’est ainsi que par cette attention portée aux films, à la fois en filmant les séances mais aussi en consultant les films regardés souvent en boucle par les enfants, se sont découverts de véritables trésors signifiants concernant les mots auxquels ils étaient suspendus, des sortes de syntagmes, d’échanges verbaux découpés dans la bande vidéo et repassés à l’envi. Le travail analytique en a été d’autant facilité.

Ce séminaire porte la marque de notre attachement à l’ALI dans la mise en œuvre de transferts de travail et aussi dans le souci constant de la rigueur et du travail des textes lacaniens. Il s’inscrit aussi dans le cadre de l’école de l’EPEP qui en est issue. C’est pourquoi il essaie de donner sa place autant aux questions de structure qu’à ce qui apparaît comme « fonction » (Bergès) à prendre en compte dans la subjectivation.

Outre la nécessaire rigueur, l’intitulé de notre séminaire met en avant la créativité dans le travail analytique avec les enfants autistes. Cette créativité apparaît à l’expérience, plus que nécessaire dans le travail de l’analyste avec des enfants autistes. Car ce qui est là en jeu tient aux phases d’aliénation/séparation comme Lacan les a mises en avant. Cette prise dans le signifiant suivie de sa possible mise en jeu dans la chaîne signifiante, nécessite en soi de la créativité, d’abord au sens d’une création.

Ainsi, concrètement, le séminaire « Créativité et rigueur du travail analytique avec des enfants autistes » partira de la présentation par un participant du suivi de cure d’un de ses jeunes patients autistes. Et le groupe de travail se propose de dégager avec lui, les actes analytiques, les interventions et souvent les trouvailles qui ont permis les avancées de la cure. Et cela dans la rigueur de la métapsychologie lacanienne.

Avis aux amateurs


Le présent séminaire a une forte ambition, celle de profiter de l’expérience et de la pratique de collègues analystes avec de jeunes enfants autistes pour repérer les points d’appui les plus solides, les plus propices pour poser nos interventions dans la cure d’enfants autistes. Il prolonge ainsi notre séminaire « Le  bébé dans tous ses états », en prenant pour sujets des enfants autistes plus âgés, jusqu’à 11 ans.

La clinique psychanalytique avec de très jeunes enfants comme avec les enfants sans langage ne peut se résumer à ce que « l’analysant dit » comme l’indique Lacan pour les adultes. Car dans ces cas, le signifiant et le jeu signifiant passent aussi par le geste. Il n’est qu’à rappeler à ce propos le travail très enseignant d’André Meynard sur les enfants sourds « Parler avec les mains, entendre avec les yeux ». C’est en quoi l’écoute ne suffit pas là, et que le regard de l’analyste est ainsi appelé dans ces cures. Et c’est pourquoi le présent séminaire reprend aussi des modalités de travail clinique du séminaire sur le bébé, qui se sont avérées fructueuses, comme le travail à partir de films vidéoscopiques. C’est ainsi que par cette attention portée aux films, à la fois en filmant les séances mais aussi en consultant les films regardés souvent en boucle par les enfants, se sont découverts de véritables trésors signifiants concernant les mots auxquels ils étaient suspendus, des sortes de syntagmes, d’échanges verbaux découpés dans la bande vidéo et repassés à l’envi. Le travail analytique en a été d’autant facilité.

Ce séminaire porte la marque de notre attachement à l’ALI dans la mise en œuvre de transferts de travail et aussi dans le souci constant de la rigueur et du travail des textes lacaniens. Il s’inscrit aussi dans le cadre de l’école de l’EPEP qui en est issue. C’est pourquoi il essaie de donner sa place autant aux questions de structure qu’à ce qui apparaît comme « fonction » (Bergès) à prendre en compte dans la subjectivation.

Outre la nécessaire rigueur, l’intitulé de notre séminaire met en avant la créativité dans le travail analytique avec les enfants autistes. Cette créativité apparaît à l’expérience, plus que nécessaire dans le travail de l’analyste avec des enfants autistes. Car ce qui est là en jeu tient aux phases d’aliénation/séparation comme Lacan les a mises en avant. Cette prise dans le signifiant suivie de sa possible mise en jeu dans la chaîne signifiante, nécessite en soi de la créativité, d’abord au sens d’une création.

Ainsi, concrètement, le séminaire « Créativité et rigueur du travail analytique avec des enfants autistes » partira de la présentation par un participant du suivi de cure d’un de ses jeunes patients autistes. Et le groupe de travail se propose de dégager avec lui, les actes analytiques, les interventions et souvent les trouvailles qui ont permis les avancées de la cure. Et cela dans la rigueur de la métapsychologie lacanienne.

Avis aux amateurs


 
 
Lieu de l'évenement
A.L.I.
25 rue de Lille
75007 Paris (France)
 
 
 
Responsables
LAZNIK Marie-Christine - mc@laznik.fr
BENTATA Hervé - mc@laznik.fr
TYSZLER Corinne - mc@laznik.fr
FAVROT-MEUNIER Claire - mc@laznik.fr
SCIARA Louis - mc@laznik.fr
 
 
 
 
Modalités d'inscription
 
 
 
Autres sessions

Espace personnel