Evénements

Association lacanienne internationale

 
 
Mères. Réelles, Symboliques, Imaginaires et autres
JOURNÉES DE L'ALI-RHÔNE-ALPES
à Chambéry
Auditorium de la clinique du Nivollet

Samedi 28 avril – Dimanche 29 avril 2018  et Samedi 22 septembre – Dimanche 23 septembre 2018 

LES mères, ça n’existe pas, elles se comptent une par une. LA mère ça n’existe pas non plus, elle est un élément indéterminé. Certains lorsqu’ils disent : « La Mère » semblent croire avoir tout dit avec ce signifiant. Pourtant la diversité des qualificatifs qui la désignent et la légitiment apparait incommensurable : mère tendre, affectueuse, prévenante, cannibale, étouffante, martyre et martyrisantes, meurtrières, elles sont bien à l’écart de toutes définitions et fonctions et essentiellement autres que les gravures traditionnelles qui les représentent en « Madre col bambino ». Nourricière, éducatrice, soignante, transmettrice reconnue de savoirs divers.

Ce dont il s’agit, ce serait de renouveler le discours sur un personnage considérable : « La Donneuse de vie, Genitrix, ouvrière des générations ». Pour aborder plus précisément : RSI peut-il convenir ou peut-il rendre compte des phases œdipiennes où se transcende et se travaille la fonction d’une mère et sa signifiance.

Où avons-nous à les situer sans omettre leurs fonctions essentielles modernes, celle de femme d’abord, celle de mère de l’enfant, celle au statut social de mère, celle de la femme du père, celle de la veuve. Ce personnage institué comme lieu de capture de la jouissance et que Freud avait situé dès le début de ses travaux : « L’accès de vertige hystérique, la crise de larmes, tout est porté au compte de l’Autre, de cet Autre préhistorique, inoubliable que nul n’égale plus par la suite ».

Existerait-il une autre façon de parler d’une clinique de mères ? Un discours qui sortirait de l’ornière des insatisfactions ou mieux des « insatisfrictions » (selon un lapsus heureux) ?

Jean-Paul Hiltenbrand

Organisateurs : Françoise Rey-Sentenac, Gérard Amiel et Christian Rey

INSCRIPTIONS AUPRÈS DE L'ALI RHÔNE-ALPES

SAMEDI 22 SEPTEMBRE – DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 


Samedi matin 9h30-12h30 


Présidente : Odile Fombonne

Introduction générale : Jean-Paul Hiltenbrand 


- Lydie Guiguet Boulogne : Une mère souffrant d'addiction: recherche du symbolique

-  Anne-Marie Dransart : Une mère : assomption d’une fonction 


-  Nadine Epron : La chaîne du froid 

-  Jean-Paul Hiltenbrand : Transmission



Samedi après-midi 14h30-17h00 


Président : Christian Rey 

- Eva Andriamanantena : La mère méditerranéenne 

- Anne Joos De Ter Berst : La passe de la mère


- Marika Bergès : Y a-t-il de « l’abnégation » dans la fonction maternelle ?


- Marisa Fiumano : Fille (sans devenir) mère 


Dimanche matin 9h30-12h30


Président : Marika Bergès

-  Gérard Amiel : La bien mal nommée (à propos d‘une psychose puerpérale)

-  Pascale Belot Fourcade : Crise de mères 


-  Christiane Lacôte-Destribats : La nostalgie d’une adresse ultime 


-  Françoise Rey : De fille en mère



Dimanche après-midi 14h30-17h00 


Président : Jean-Paul Hiltebrand

- Amandine Jayet : Abracadabran sexe


- Alexis Chiari : Une mère incertaine


- Maryvonne Febvin : L’ombre de la mère 


Samedi 28 avril – Dimanche 29 avril 2018  et Samedi 22 septembre – Dimanche 23 septembre 2018 

LES mères, ça n’existe pas, elles se comptent une par une. LA mère ça n’existe pas non plus, elle est un élément indéterminé. Certains lorsqu’ils disent : « La Mère » semblent croire avoir tout dit avec ce signifiant. Pourtant la diversité des qualificatifs qui la désignent et la légitiment apparait incommensurable : mère tendre, affectueuse, prévenante, cannibale, étouffante, martyre et martyrisantes, meurtrières, elles sont bien à l’écart de toutes définitions et fonctions et essentiellement autres que les gravures traditionnelles qui les représentent en « Madre col bambino ». Nourricière, éducatrice, soignante, transmettrice reconnue de savoirs divers.

Ce dont il s’agit, ce serait de renouveler le discours sur un personnage considérable : « La Donneuse de vie, Genitrix, ouvrière des générations ». Pour aborder plus précisément : RSI peut-il convenir ou peut-il rendre compte des phases œdipiennes où se transcende et se travaille la fonction d’une mère et sa signifiance.

Où avons-nous à les situer sans omettre leurs fonctions essentielles modernes, celle de femme d’abord, celle de mère de l’enfant, celle au statut social de mère, celle de la femme du père, celle de la veuve. Ce personnage institué comme lieu de capture de la jouissance et que Freud avait situé dès le début de ses travaux : « L’accès de vertige hystérique, la crise de larmes, tout est porté au compte de l’Autre, de cet Autre préhistorique, inoubliable que nul n’égale plus par la suite ».

Existerait-il une autre façon de parler d’une clinique de mères ? Un discours qui sortirait de l’ornière des insatisfactions ou mieux des « insatisfrictions » (selon un lapsus heureux) ?

Jean-Paul Hiltenbrand

Organisateurs : Françoise Rey-Sentenac, Gérard Amiel et Christian Rey

INSCRIPTIONS AUPRÈS DE L'ALI RHÔNE-ALPES

SAMEDI 22 SEPTEMBRE – DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 


Samedi matin 9h30-12h30 


Présidente : Odile Fombonne

Introduction générale : Jean-Paul Hiltenbrand 


- Lydie Guiguet Boulogne : Une mère souffrant d'addiction: recherche du symbolique

-  Anne-Marie Dransart : Une mère : assomption d’une fonction 


-  Nadine Epron : La chaîne du froid 

-  Jean-Paul Hiltenbrand : Transmission



Samedi après-midi 14h30-17h00 


Président : Christian Rey 

- Eva Andriamanantena : La mère méditerranéenne 

- Anne Joos De Ter Berst : La passe de la mère


- Marika Bergès : Y a-t-il de « l’abnégation » dans la fonction maternelle ?


- Marisa Fiumano : Fille (sans devenir) mère 


Dimanche matin 9h30-12h30


Président : Marika Bergès

-  Gérard Amiel : La bien mal nommée (à propos d‘une psychose puerpérale)

-  Pascale Belot Fourcade : Crise de mères 


-  Christiane Lacôte-Destribats : La nostalgie d’une adresse ultime 


-  Françoise Rey : De fille en mère



Dimanche après-midi 14h30-17h00 


Président : Jean-Paul Hiltebrand

- Amandine Jayet : Abracadabran sexe


- Alexis Chiari : Une mère incertaine


- Maryvonne Febvin : L’ombre de la mère 


 
 
Lieu de l'évenement
Auditorium de la clinique du Nivollet
Bassens
73000 Chambéry ()
 
 
 
 
 
 
 
Modalités d'inscription
Tarif individuel : 80 €
Tarif étudiant : 40 €
 
 
 
Autres sessions
Du Samedi 22 Septembre 2018 au Dimanche 23 Septembre 2018
Samedi 22 Septembre 2018 (JOURNÉES DE L'ALI-RHÔNE-ALPES)

Espace personnel