Evénements

 
 
"Un monde sans limite, 20 ans après".
JOURNÉES DE L'ASSOCIATION FREUDIENNE DE BELGIQUE
Le Samedi 21 Avril 2018 (10:00 à 17:00) à Bruxelles
A.F.B.
Monde sans limite(1).jpg

Monde sans limite 20 ans apre s affichette Verso final

Avec la participation :
d’Isabelle
Morin (AP-JL Bordeaux), Louis Sciara (ALI Paris) , Robert-Dany Dufour (Paris), Thierry Roth (ALI Paris), Martin Petras (Questionnement), Anne-Marie Devaux (Forum du Champ Lacanien), Jean-Pierre Lebrun, Alexandre Beine, Géry Paternotte (AFB) etc...

Où en sommes –nous ?

Un « monde sans limite » a été publié en 1997. Vingt-ans après, nous ne pouvons que constater à quel point il s’est concré sé... si bien que ce tre est même fréquemment devenu un slogan publicitaire.

A l’époque, une cri que per nente avait été faite : ce livre ne faisait pas su samment la di érence entre le père et le patriarcat. Aujourd’hui nous sommes souvent dans la même confusion mais ce e fois, à l’inverse, pour nous débarrasser dans un même mouvement, et du père et du patriarcat. Par ailleurs, et apparemment sans aucun lien, la cri que à l’égard de l’emprise néolibérale s’est ampli ée, ce qui n’a pourtant pas empêché ce e emprise de se renforcer au point que le management est aujourd’hui proposé, voire imposé, comme nouvelle façon de gouverner.

Pour le dire rapidement et simplement, devons-nous lire ce e évolu on comme conduisant d’emblée vers moins d’inégalités – auquel cas, pour un meilleur - ou au contraire, comme entrainant systéma quement un brouillage des repères, allant jusqu’à l’insigni ance - autrement dit un pire ?

Plus directement, en ce qui concerne la psychanalyse, devons-nous nous revoir nos concepts eu égard à ces discours d’aujourd’hui ou plutôt garder inchangées nos orienta ons ?

Chacun percevra qu’une troisième voie s’impose : nous laisser réinterroger par ce qui nous dérange sans pour autant céder aux idéologies qui s’ignorent elles-mêmes. Les repères de la structure restent de mise mais peut-être s’agit-il désormais de les énoncer autrement, de les redécouvrir à l’œuvre et non plus de les considérer comme déjà donnés et inéluctablement transmis.

Au cours de ce e journée, nous reprendrons ces ques ons en suivant deux axes : l’inven on du père – du principe paternel - ne se réduit pas à celle du patriarcat, de même que le féminin dans la langue n’est pas réduc ble au corps des femmes.

Si c’est là ce que nous apprend la psychanalyse avec Lacan, à la suite de Freud, il y a peut- être de quoi ne pas se laisser emporter ni dans les prêts-à-penser actuels, ni dans la confusion généralisée des opinions, ni non plus dans une posi on de clôture auto-sa sfaite de nos théories, mais au contraire de nous arrimer autrement dans nos repères structuraux pour pouvoir soutenir notre clinique mais aussi nous faire entendre dans la Cité.


Monde sans limite 20 ans apre s affichette Verso final

Avec la participation :
d’Isabelle
Morin (AP-JL Bordeaux), Louis Sciara (ALI Paris) , Robert-Dany Dufour (Paris), Thierry Roth (ALI Paris), Martin Petras (Questionnement), Anne-Marie Devaux (Forum du Champ Lacanien), Jean-Pierre Lebrun, Alexandre Beine, Géry Paternotte (AFB) etc...

Où en sommes –nous ?

Un « monde sans limite » a été publié en 1997. Vingt-ans après, nous ne pouvons que constater à quel point il s’est concré sé... si bien que ce tre est même fréquemment devenu un slogan publicitaire.

A l’époque, une cri que per nente avait été faite : ce livre ne faisait pas su samment la di érence entre le père et le patriarcat. Aujourd’hui nous sommes souvent dans la même confusion mais ce e fois, à l’inverse, pour nous débarrasser dans un même mouvement, et du père et du patriarcat. Par ailleurs, et apparemment sans aucun lien, la cri que à l’égard de l’emprise néolibérale s’est ampli ée, ce qui n’a pourtant pas empêché ce e emprise de se renforcer au point que le management est aujourd’hui proposé, voire imposé, comme nouvelle façon de gouverner.

Pour le dire rapidement et simplement, devons-nous lire ce e évolu on comme conduisant d’emblée vers moins d’inégalités – auquel cas, pour un meilleur - ou au contraire, comme entrainant systéma quement un brouillage des repères, allant jusqu’à l’insigni ance - autrement dit un pire ?

Plus directement, en ce qui concerne la psychanalyse, devons-nous nous revoir nos concepts eu égard à ces discours d’aujourd’hui ou plutôt garder inchangées nos orienta ons ?

Chacun percevra qu’une troisième voie s’impose : nous laisser réinterroger par ce qui nous dérange sans pour autant céder aux idéologies qui s’ignorent elles-mêmes. Les repères de la structure restent de mise mais peut-être s’agit-il désormais de les énoncer autrement, de les redécouvrir à l’œuvre et non plus de les considérer comme déjà donnés et inéluctablement transmis.

Au cours de ce e journée, nous reprendrons ces ques ons en suivant deux axes : l’inven on du père – du principe paternel - ne se réduit pas à celle du patriarcat, de même que le féminin dans la langue n’est pas réduc ble au corps des femmes.

Si c’est là ce que nous apprend la psychanalyse avec Lacan, à la suite de Freud, il y a peut- être de quoi ne pas se laisser emporter ni dans les prêts-à-penser actuels, ni dans la confusion généralisée des opinions, ni non plus dans une posi on de clôture auto-sa sfaite de nos théories, mais au contraire de nous arrimer autrement dans nos repères structuraux pour pouvoir soutenir notre clinique mais aussi nous faire entendre dans la Cité.


 
 
Lieu de l'évenement
A.F.B.
15 avenue de Roodebeek
Bruxelles (Belgique)
 
 
 
 
 
 
 
Modalités d'inscription
 
 
 

Espace personnel