La phobie

laphobien
30,00 € l'unité

48 produits en stock
+
Ajouter au panier
 

L’Association lacanienne internationale décide aujourd’hui de publier des textes essentiels sur ce concept clinique et théorique travaillé par Freud, étudié par Lacan, issu de la psychiatrie classique.

Pourquoi parler encore de phobies ? On emploie aujourd’hui dans la psychiatrie actuelle des expressions, « phobie sociale », « phobies scolaires ». Et on déconditionne… Cependant le syndrome a perdu de sa précision, au point qu’il ne nous paraîtrait pas si inapproprié de parler d’anxiété comme le fait le dernier DSM IV. Les patients disent que l’anxiété est au premier plan de leurs préoccupations morbides, permanentes ou rythmées par « la peur d’avoir peur ». Affect pénible qui va entraîner l’évitement d’un objet ou d’une situation avec une crainte douloureuse de la rencontre.

Ne parler que d’anxiété à réduire comme d’un symptôme au sens médical, c’est perdre le fil d’une notion plus traditionnelle, ancrée dans la philosophie, celle d’angoisse, Angst. Freud, lui, situe la phobie comme peur et angoisse dans la confusion entre danger réel et danger pulsionnel qu’entretient le névrosé. En 1915, dans son article sur « l’Inconscient », il parle de l’hystérie d’angoisse en précisant pour finir que toute cette construction – qui témoigne de l’échec fondamental du refoulement – se produit d’une manière analogue dans les autres névroses et porte le nom de phobie.

Pourtant la phobie éclaire la structure de l’espace – essentielle dans la vie quotidienne, dans ses aspects visuels et langagiers. Les questions se multiplient : le regard, la perspective, l’espace “privé”, l’espace public, la notion de lieu, etc. Aussi le tableau classique de « la Peur des espaces » sera-t-il pour nous central

Nous relirons, avec émerveillement et grâce aux concepts psychanalytiques, toute une clinique inaccessible et à demi-oubliée, autrement plus précise et subtile que les résumés et simplifications qui ont suivi. Griesinger (1868), et surtout Westphal (1871), Legrand du Saulle (1878), auteurs fondamentaux que nous republions ici.

Le renouveau d’intérêt pour la phobie a suscité des travaux de collègues, curieusement tous psychanalystes. Voici un certain nombre de textes, devenus introuvables malgré leur actualité, déjà publiés dans Le Trimestre psychanalytique en 1988 à la suite de journées de l’Association lacanienne internationale – alors Association freudienne –  consacrées aux phobies. Charles Melman, et Martine Lerude, Pascale Bélot-Fourcade, Jean-Claude Pénochet, Jean Bergès, Christiane Lacôte-Destribats, Bernard Vandermersch, Jean-Paul Hiltenbrand, Valentin Nusinovici, Catherine Ferron. La cohérence des ces études et l’intérêt qu’elles avaient suscité indique que quelque chose d’essentiel avait été serré.

Nous ajouterons deux textes, l’un de Colette Brini et l’autre de jeunes collègues praticiens de CHU, Olivier Bézy et Paul Claveirole

Et quatre articles de Charles Melman, dont trois figuraient déjà dans le recueil de 1988, des développements plus récents venant apporter de précieux éléments.

Henri Ey, en 1960 dans son classique Manuel de psychiatrie affirmait que la phobie était rare. Les temps ont changé, les phobies sont fréquentes, au premier plan de la pathologie pour les psychiatres. De jeunes collègues praticiens de C.H.U. ont bien voulu travailler pour ce volume et (nous) donner le devenir de la phobie dans le démembrement de la clinique classique.

« Plaque tournante », disait Lacan de la phobie.       

Jean-Paul Beaumont et Jean-Louis Chassaing

 

Détails
Auteur : Collectif 
Date de parution : janvier 2014
Collection : Le Discours psychanalytique
Édition : ALI
ISBN : 9-782876-120945
Prix : 30 €

 

Espace personnel

Cookies ?

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Ces cookies ne contiennent pas de données personnelles.

Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site. A tout moment, il vous est possible de rectifier votre choix sur la page des politiques de confidentialités du site.