Accès membres Agendas

Association lacanienne internationale

Le trimestre psychanalytique

Cette revue a cessé de paraître fin 1997. Elle publiait essentiellement les textes des Congrès et journées d’étude de l’Association Freudienne Internationale.

Les numéros épuisés sont consultables à la Bibliothèque de l’ALI.

Sommaires du trimestre psychanalytique

 

Publication de l'association freudienne internationale

 

1997 N° ¾

 

Il faut pourtant nourrir la bêtise. Est-ce que tout ce qu'on nourrit est, de ce fait même, bête? Non pas. Mais il est démontré que se nourrit fait partie de la bêtise. Ai-je à en dire davantage devant cette salle où l'on est en somme au restaurant, et où l'on s'imagine qu'on se nourrit parce qu'on n'est pas au restaurant universitaire? La dimension imaginative, c'est justement de ça qu'on se nourrit. Je vous fais confiance pour vous souvenir de ce qu'enseigne le discours analytique sur la vieille liaison avec la nourrice, mère en plus comme par hasard, avec, derrière, l'histoire infernale de son désir et tout e qui s'ensuit. C'est bien ce dont il s'agit dans la nourriture, de quelque sorte de bêtise, mais que le discours analytique assoit dans son droit.

 

 

La clinique de l'oralité peut nous paraître énigmatique, d'autant plus si nous la confinons à une affaire de nutrition. Il faut que notre rapport aux lois de la parole soit bien dégradé pour que  nous soyons dans une telle difficulté à entendre que l'oralité est affaire de pulsion. Autour d'elle, nos échanges sociaux s'emballent, poussant le consommateur à être consommé lui-même, englouti et rejeté par la grande gueule de la pulsion de mort.

Il appartient à la clinique psychanalytique de dégager le rôle du signifiant qui la régit, et d'inscrire avec la lettre un bord autour de la béance qu'elle masque.

 

Sommaire :

 

Editorial

Conférences préparatoires :

Christiane Lacôte , Jean Paul Hiltenbrad , Jean Bergès

Journées d'étude des 23,24 et 25 mai 1997

Au seine de La langue, la parole, Odile Fombonne

Transmission et oralité, perspectives actuelles, Claires Pouget-Dompmartin

L'oral de l'autiste, Dominique Ravinet-Janin

MA et ma, Paula Cacciali

"Mince", Jacqueline Hiltenbrand

Un adolescent anorexique, Frédéric Davion

L' "enclos de la boulimie", Nicole Mercier

L'altérité de l'économie orale, Colette Robert-Brini

Que nous apprend l'anorexie sur l'oralité, Jean Bergès

Question de "creux", Gérard Amiel

La bouche béante de l'anorexique, Jean-Luc Cacciali

Une oralité selon le sexe? Jean-Paul Hiltenbrand

L'ado sussure, Gabien Balbo

L'avidité et ses transformations, Gisèle Bastrenta

L'enfant et l'omnipraticien : pas seulement une affaire de goût, Dominique Rohrer

R.U., Nicole Gauvin

La boulimique : qu'est-ce qui la prend? , Christine Gints

Le hangard, Mariane Amiel-Dal'bo

Qui a peur de Gina Patterson? , Pierre Arel

Morale de vie, Anne-Marie Dransar

Sur quelques aspects de la pulsion orale dans la névrose obsessionnelle, Christiane Lacôte

Remarque sur la déspécification fonctionnelle dans son rapport à la pulsion, Stéphanie Hergott, Jean-Jacques Tyszler, Marcel Czermak

 

N°2 1997

 

Toxicomanies : les psychanalystes et la méthode chimique

 

Supporter la vie, est-ce si difficile?

 

Il semblerait bien, à suivre FREUD, que nous ne puissions le faire sans nous passer de sédatif. Et parmi ces Hilfskonstructionen, ces "échafaudages de secours", il cite les stupéfiants. Mais il évoque deux autres espèces de moyens indispensables à supporter la vie : les fortes diversions "cultiver notre jardin" selon Voltaire dans Candide, cite FREUD, ou bien encore le travail scientifique, -et les satisfactions substitutives – par exemple l'art.

Ainsi la méthode chimique, l'intoxication, n'était-elle pas ignorée du maître viennois, pourtant loin en 1929 (Malaise dans la civilisation) des études de 1884 sur la cocaïne…

Les psychanalystes, aujourd'hui, sont-ils si éloignés du dikta chimique du Sorgenbrecher, le "briseur de soucis", ou bien sont-ils eux-mêmes, sans le savoir, en état d'addiction?

 

Editorial

Présentation : Les Victoires de l'allotrion; modes et emplois, Jean-Louis Chassaing

"Tâche aveugle et tentation chimique de Freud", Jean-Paul Descombey

Toxicomanies et Névroses actuelles I

Toxicomanies et Névroses actuelles III, Patrick Petit & Yves Smadja

Une cure en  trompe-l'œil, Jean-Jacques Tyszler

Les toxicomanes sont mal barrés, Christian Colbeaux

Substitution : chronique, Patrick Maugeais

Prospérité d'une illusion, avenir d'un quiproquo, Alain Dufour

Toxi -> commun < - N – quelle addiction?, Nadine Chacar

Il y a une clinique des toxicomanies, M.S. Angéla Valore

L'addiction au jeu, de l'aléa au vertige, via Bergler et Fénichel, Christian Bucher

A l'enseigne du trait du non, Gabriel Balbo

Sous réserve : "Dépolitisation : la politique droguée par la méthode psychanalytique", Emile Malet

L'état toxique, Michel Tibon-Cornillot

Evaluation de l'action des drogues, Charles Melman

 

 

1997 N°1

Les embarras des psychanalystes devant le cas de l'homme aux loups

 

Il ne s'agit pas ici de proposer une nouvelle interprétation du cas de l'Homme aux loups, une interprétation qui en constituerait la vérité ultime. A partir de l'observation de Freud, à partir de nombreux textes qui l'ont suivie, il s'agit plutôt de questionner les concepts dont nous nous servons chaque jour, ceux qui concernent les structures cliniques comme ceux qui sont relatif à la direction de la cure. Que ce questionnement cependant ait ici une valeur singulière, c'est sans doute dû à la personnalité de Serguei Constantinovitch Pankejeff, particulièrement représentative des difficultés ou des impasses du sujet moderne.

 

 

La plainte de l'Homme aux loups, Elisabeth Blanc

Ce que Freud a réussi, Jean-Jacques Rassial

L'interprétation lacanienne, Roland Chemama

La construction, Roland Gori

La névrose infantile dans une cure d'adulte, Michel Daudin

L'hallucination, Nicole Anquetil

L'hypocondrie de S.P. Jean-Jacques Tyszler

De l'hallucination à l'objet cause du désir, Marielle David-Boeilh

Serge Pankejeff et la peinturer, France Delville

Le sexe du loup, Monique Schneider

S.P. : Un russe sur le divan de Freud, François Milbert

Que me contes/comptes tu-là?, Michèle van Wijnendaele

Dans l'après loup, Jean-Pierre Lebrun

Psychanalyser : entre divan et cité, Jean-Louis Rinaldini

Thérèse, Jean-Pierre Rumen

L'homme aux loups, Claude Cappadoro

Born to be Wild, Daniel Cassini et Christine Dura-Tea

Le temps et la m&moire, Caroline Baudet-Lefort

 

 

1996 N°3

 

Le théologico-politique

 

Avec la séparation de la religion et du politique le sujet moderne a placé sa foi dans un Dieu rationnel, quitte à sombrer dans l'intégrisme. Pourtant si l'existence de ce Dieu a fait problème pour les théologiens, elle s'avère constituer une impasse pour ceux qui, avec la psychanalyse ont poursuivi sur la voie logicienne, dans l'esprit du colloque de Cordoue.

 

Sommaire

 

Le sinthome -a, Pirre-Christophe Cathelineau

Le mythe religieux dans le politique, Jean-Paul Hiltenbrand

Trois regards musulmans sur la cité Chrétienne, Rémy Brague

Identification au père, identification religieuse, instabilité et réversion, Jean-Jacques Tyszler

L'espace de l'âme, Henri Cesbron Lavau

Pouvoir temporel, pouvoir spirituel : un épisode de la Chrétienté, Jean Périn

Remarques sur l'œuvre trinitaire chez Augustin, Stéphane Thibierge,

La cité de Dieu, Marie-Pierre Simon

La colère, Hélène L'Heuillet

Autour de l'iconoclasme, Claire Brunet

Un saint ne fait pas la charité, Jean-Luc Cacciali

Le chaînon manquant du théologico-politique : le laboratoire marrane de la modernité, Shmuel Trigano

A propos du Traité thélogico-politique, Hubert Ricard

Ceux qui ôtent aux femmes leurs atours, Latifa Ben Mansour

Situation du Sujet en Islam, Fethi Benslama

Le politique contemporaine comme poursuite du théologique, Charles Melman

 

1996 N°2

 

Lacan, fils de Freud

 

Il faut prendre au sérieux l'assertion de Lacan disant que "Lui, était Freudien ; à ses élèves de décider s'ils étaient lacaniens". Mais nous savons que la fidélité, pas moins que l'hérésie, sont à l'origine de conduites pathologiques qui entraînent une dégénérescence des énonciations fondatrices. L'introduction de la science, si elle a modifié notre rapport au sujet – supposé- savoir, n'a rien changé à ces difficultés.

Pourtant, n'est-ce pas, comme dans la cure psychanalytique, en apprenant à lire, qu'il y  a moyen de lâcher cette attente toujours déçue d'un savoir dans l'Autre?

 

 

Sommaire

 

Introduction, Jean-Paul Hiltenbrand

Petite métapsychologie de l'enseignement, Marc Nacht

Lire à l'école? , Jacques Hébert

Une lectur-athée, Jean-Luc Cacciali

Lacan ou le pas de Freud, Elie Doumit

D'un savoir séparateur, Jacques Sédat

Qu'est-ce bien lire? Charles Melman

Du narcissisme de la petite différence au trait unaire, Martine Lerude

Une citation de Freud, Etienne Oldenhove de Guertechin

Du totem au mathème, l'impossible en héritage, Jean-Jacques Tyszler

Table Ronde : J. Bergès, J.-P. Hiltenbrand, C. Hoffmann, C.Melman, M. Safouan

 

 

1995 N° 4

 

La représentation

 

La notion de représentation –notion clef de la première topique que Freud articule dans ses textes métapsychologiques a connu un certain désintérêt comme outil conceptuel dès lors que s'y est substituée la notion de signifiant.

C'est pourtant Lacan qui lui a redonné une certaine consistance, épinglant plus particulièrement ce Vorstellungsrepräsentanz en place de signifiant.

Reste à faire valoir la fonction de représentation, la Repräsentanz, fonction de tenant lieu qui s'avère être la fonction même du signifiant dans une référence non plus seulement à la pulsion mais au sujet.

 

Sommaire

 

Introduction, Josiane Thomas-Quilichini

"Les touches" de la représentation entre inertie et dissipation, Pierre Demougeot

Caractères et fonctions de la "représentation entre inertie et dissipation", Claude Dorgeuille

Langue d'organe, Annie Douve et Alain Rigaud

Hallucination et représentation, Jean-Jacques Tyszler

L'accès mélancolique chez l'enfant, Christian Dubois

Que nous apprennent sur la représentation les enfants dont les parents se séparent, Jean Bergès

Le théâtre ou le commerce de la représentation, Annie Gilles

Du théâtre qui ne serait pas du semblant, Jean Périn

Quand le rêve se repose du regard, Brigitte Balbure

Le travail de la représentation rend présent dans le réel ce que le symbolique borde, du trou qu'il fait dans l'imaginaire, par ce qu'il en laisse tomber, Gabriel Balbo

Impromptu, Jean-Pierre Delisle

Notule de clinique sociale, Marcel Czermak, Louis Sciara

Epiphanie, Charles Melman

 

1995 N° 3

 

L'avenir du symptôme

 

Depuis son début, la pratique psychanalytique a toujours trouvé sa légitimation dans son action sur le symptôme. L'issue donnée au symptôme et sa résolution éventuelle dans la cure a ainsi été considérée comme sa sanction et la vérification à rebours de son efficace. Toutefois, parler de résolution se heurte à un problème de structure, et en raison de ce fait, la psychanalyse est contrainte à opérer selon un certain détour, qui d'une part, écarte toute conception hygiéniste et qui, d'autre part, oblige à évoquer l'avenir du symptôme comme l'une des modalités imposées par la structure. L'objet de ce recueil est de prendre en considération ce point.

 

Sommaire

 

Editorial

La dépression comme symptôme social, Marie Pierre Simon

De l'obsession à la sublimation, Charles Marchellesi

Blanchir le symptôme?, Antoine Amagat

Le patronyme serait-il pour une femme un simple nom de famille? , Marie-Pierre Bossy

La mort est un acte manqué, Jean-Luc Cacciali

Son avenir est-il derrière lui? , Pierre Arel

Famillionnaire, Jean-Pierre Bénard

Symptôme et création, Geneviève Laflèche

La raison de la phobie, Marie-France Bonnet

Remarques sur la honte, Jean-Paul Hiltenbrand

Ca perdure, Elisabeth Blanc, Jean-Louis Rialdi, Christiane Schonbach

La cure dans le symptôme, Claire Caumel-Feltin

Guérir?, Anne –Marie Dransart

Le symptôme à venir, Jean-Pierre Rumen

Du non-rapport sexuel au symptôme dans le conjugo, Choula Emerich

Ecrire et symptôme, Jean Bergès

 

1995 N° 1

 

La responsabilité du sujet et la politique

Averroès, Maïmonide, St; Thomas

 

De quoi sommes-nous responsables? Sur quoi fonder notre pensée politique? Pour soutenir ces question, posées par les errements du sujet moderne et le ravalement du discours politique à un discours gestionnaire et séducteur, le groupe de Cordoue s'est proposé de poursuivre sa lecture de ces philosophes qui au moyen-âge, peu avant l'avènement du capitalisme, ont poussé le plus loin la pensée théologienne, et donc politique, des trois traditions monothéistes. Qu'ils aient su mettre à sa place l'impossible n'est pas le moindre de leur enseignement pour notre époque.

 

Sommaire

 

I- Ibn Rochd, Maïmonide, Saint-Thomas : La responsabilité du sujet

 

Est-on responsable par delà la loi? , Shmuel Trigano

A propos du sens commun : κοινη  αισθησι, Christiane Lacôte

Lame , Charles Melman

Le meurtre fondateur en islam, Fethi Benslama

La responsabilité du sujet et le discours freudien, Gérard Haddad

 

II – Averroès, Maïmonide, Saint-Thomas . La pensée politique dans les trois traditions : Filiations et ransmission.

 

Ouverture, F. Benslama, H. L'Heuillet, P.-C. Cathelineau

L'homme, ni Dieu ni bête, mais politique, Francis Wolff

Thomas d'Aquin et la "Loi divine", Rémi Brague

La parole forclose du politique – IBN Rochd et deux autres, Youssef Seddik

La justice vertu de l'altérité chez Thomas d'Aquin, Michel Bastit

Al Kalam et Al mutakkallimun, Latifa Ben Mensour

Foi, raison, politique – Averroès, Maïmonide, Thomas d'Aquin, Gilbert Dahan

La bienfaisance chez Thomas d'Aquin et la question du lien social, Hélène L'Heuillet

Peuple, terre, état, Gérard Haddad

Le trouble de la croyance, Fethi Benslama

Spinoza : comment rompre avec les traditions, Hubert Ricard

Politiques, Pierre-Christophe Cathelineau

Elitisme et transmission, Alain Dufour

De la nostalgie : figuration de l'Andalousie, Nabile Farès

Table ronde : F.Benslama, H. Bulawko, P.-C. Cathelineau, G. Coq, G. Haddad, J.-P. Hiltenbrand, H. L'Heuillet, C. Melman, E. Senbar

Sur notre façon de refouler la vérité de la politique, Charles Melman

 

 

1994 N° 4

 

La passe, comment conclure?

 

La passe a été mise en place par J.Lacan pour pallier au défaut des sociétés psychanalytiques. Cette procédure, bien que mentionnée dans les textes fondateurs de l'Association Freudienne, n'a jamais été appliquée. Elle est devenue l'objet, depuis 90, d'un large débat, ponctué par le colloque d'avril 92 (Trimestre Psychanalytique n° 4 92), entraînant avec elle les questions de la formation et de la nomination des psychanalystes, et de la fin de la cure. Le présent colloque, souhaité conclusif, a été l'occasion de la proposition, par C. Melman ,d'une nouvelle procédure.

 

Introduction

Ouverture, Claude Landman

La passe : une contingence, M. J. Combet

A propos du moment didactique, J. Roisin

La passe, que conclure?, C. Dumezil

Du passe-temps aux temps de la passe, P. Arel

Le destinataire, R. Chemama

Passage d'écriture, J.-P. Hiltenbrand

Ohdit…quand tu me tiens, M. Daudin

Le deuxième tour, M. Darmon

Des enjeux pour une femme, N. Delafond

Discordes, E. Doumit

Fin de la partie, C. Melman

La passe en Italie, C. Gilardi

 

1994 N° 2

 

Actualité de la deuxième topique freudienne (II)

 

En introduisant les notions inédites d'automatisme de répétition et de pulsion de mort, Freud avança qu'il existe en l'homme une tendance qui le pousse au-delà du plaisir, voire même à sa perte. Les données qui nous proviennent de la clinique psychanalytique (réaction thérapeutique négative, toxicomanie, homosexualité…) comme celles venant du champ social, ne manquant pas pour attester de son action.

La prendre en compte dans ses différentes  dimensions, ce qui équivaut qu renoncement à toute promesse de Bien, ne reste-t-il pas une tâche d'actualité pour la psychanalyse?

 

Editorial

L'inconscient en question dans la deuxième topique, C. Landman

"Vivre à Mi-dit" (J.L. Bory), A. M. Dransart

Les séries d'épidémies, L. Croix

Where are you from, V. Hasenbalg

D'un traumatisme à l'autre, J. M. Forget

Les tribulations du moi dans la deuxième topique, J. Bergès

La solidarité : avenir d'une illusion, D. Ravinet-Janin

Le médecin, le toxicomane et la mort, P. Cornier

Pulsion de mort et analyse profane, J.P. Lebrun

La pulsion de mort dans la clinique de l'adolescent, F. Rey

Note sur le chapitre 6 de Au-delà du plaisir, J. Cacho et M. C. Cadeau

Contribution clinique à l'étude de la pulsion de mort, C. Melman

Paradoxes de la transmission, G. Haddad

 

1993 N° 4

 

Actualité de la deuxième topique freudienne

 

La seconde topique reste sans conteste un temps fort de l'invention de la psychanalyse par Freud. Mais alors que le fondateur voulut faire acte de r&novation, il en est résulté dérives et déviations dans la suite. Pouvait-on imaginer plus grand et plus douloureux malentendu?

Il est vrai que de l'interprétation donnée à cette topique, découlent recentrage ou décentrage ce l'inconscient dans le travail de la cure.

Le présent tome propose donc une lecture de ces textes, tout en retenant leur actualité. Une seconde livraison paraîtra début 1994, pour compléter cette première approche.

 

Editorial

De l"Esquisse" à la deuxième topique, M. Caumel

Problème de conscience, P. Arel

Importance de l'imaginaire dans la deuxième Topique, J. Marchioni-Eppe

Errances, G. Amiel

Psychodrame, Quel type de foule?, R. Hubaud

Le phénomène nationaliste à la lumière de la deuxième Topique, C. Gintz

La foule et le féminin, C. Robert –Brini

Du leader au dealer, G. Bastrenta

L'obligation, J. L. Cacciali

Quelques remarques sur le concept d'idéal, J. M. Rebeyrol

Idéal du moi-surmoi, M. Campion

Sous la menace, C. Pouget

Les pathologies du Surmoi, E. Salducci

Y a-t-il une topologie de la deuxième topique?, V. Nusinovici

La boîte aux lettres, J. P. Hiltenbrand

Pourquoi le refoulement?, C. Melman

 

1993 N° 2

 

Intelligence et limites des disciples

 

La théorie, qui permettait au maître l'accès à un réel devient le seul réel dont le disciple finalement s'occupe. Au risque de ne plus faire que répéter la leçon – ou plus tard de la dénoncer comme encombrante.

Le disciple peut-il être autre chose qu'un commentateur appliqué ou un fils rebelle? Cela resterait à prouver. On peut en tout cas se demander si la relation de maître à disciple ne détermine pas strictement un nombre de places assez restreint, laissant un choix somme toute limité à chacun de ceux qui viennent s'y loger.

 

Editorial

La question du maître dans la pratique de la psychanalyse : le psychanalyste d'élection, C.Stein

La longue marche : maîtres et disciples dans l'antiquité grecque, D. Arnoux

Trois figures du disciple dans la philosophie, F.Wolff

Peut-on encore aujourd'hui lire "le disciple" de Paul Bourget, P. Macherey

Ferenczi, le disciple "incompris", R. Galvagno

La demande du disciple, R. Chemama

Question sur le désir de savoir à propos de la correspondance entre Freud et Jung, C. Lacôte

Liola, M. C. Cadeau

Psy-Ding, N. Anquetil

La suite, J. Cacho

La tentation de l'anonyme, E. Tellermann

"Post-scriptum non définitif" aux journées sur les disciples ou… un seul nom me manque et tout… , A. Dufour

La raison du disciple, S. Thibierge

Le psychanalyste est un maître qui n'a pas de disciple, C. Melman

 

 

1992 N° 4

La Passe

 

La Passe, introduite par J. Lacan, était une procédure destinée à fournir une information précise sur la mise en jeu du désir de l'analyste au moment de cette scansion constituée par le passage de l'analysant à la fonction d'analyste. Supposée parer aux inconvénients de la nomination, elle devait ménager la place du désir de l'analyste dans l'enjeu de la cure.

Sans exclure les effets positifs pour certains qui ont franchi ce dispositif, il semblerait cependant que cette expérience n'ait pas tenu ses promesses, ni produit les résultats escomptés. Après dix années de fonctionnements sans cette procédure, l'Association Freudienne se devait de se donner l'occasion d'une première réflexion sur les modalités d'une habilitation et l'intérêt d'une procédure spécifique. Il s'agit par conséquent, ici, d'un premier débat sur la question.

 

Editorial

L'Association et la Proposition de 67 : un "pas de plus", un "pas" de plus, impasse de plus, P. Bastin

Le désir à l'œuvre dans le passage à l'analyste peut-il être reconnu? , R. Chemama

AA, quelle nomination?, M. Darmon

Conclusion sur la passe, P.C. Cathelineau

Peut-on se passer de la passe?, D. Simonney

Du désir de l'analyste au désir de Freud, C. Muller-Pasi

Fins et destins, J.P Hiltenbrad

La dé-position, J.J. Rassial

Passe, exode et noms du père, D. Sainte Fare Garnot

La place du passeur, C. Landman

Agir, Penser, C. Dorgeuille

De la passe, M. Safouan

A propos de la passe, J. Mouchonnat

Transfert de travail, C. Melman

 

1992 N° 3

 

Le Style

 

Evoquer la question du style nous a paru l'occasion d'accentuer ceci : dans la mesure où elle engage le sujet de la parole, l'expérience analytique ne peut se replier sur un savoir, fût-ce celui de ce que Freud a appelé l'inconscient.

Restait à montrer en quoi elle sollicite ainsi une manière d'invention, un comment faire dont Lacan a essayé de donner l'abord à travers sa pratique et son enseignement, jusqu'à la présentation de ce "bout de réel" qu'il articulait au nœud borroméen. C'est ce que tentent les textes ici publiés.

 

Editorial

Introduction aux journées, S. Thibierge

Les Grecs et le style, D. Arnould

Quand le style vient à manquer, M. Campion

Les certificats de G. de Clérambault, J.-J. Tyszler

Exil et style, E.L.A. De Sousa

Le 15 mars et le 19 avril 1977, J. Lapeyrère-Leconte

"Je crois à la haine inconsciente du style", C. Brunet

D'une esquisse brisure du refoulement, M. Nacht

Le style, ou les dieux ne savent pas lire, C. Lacôte

La plume du maître, N. Bon

"Moi, la vérité, je parle…" : le style de Lacan, R. Galvagno

C'est pas des façons, C. Pouget-Dompmartin

Y a t-il un style belge?, E. Oldenhove

Une affaire qui n'est pas seulement privée, R. Dupuis

Dans le fil de la parole, R. Chemama

Freud : Un style dans la rupture, J. Légaut

Ferenczi et le style, J.P. Lebrun

Qu'est ce que le style?, C. Melman

 

1991 N°3

 

Les dépressions névrotiques

 

La dépression névrotique est-elle une modalité culturelle de notre temps ou un fait de structure? L'ambiguïté de sa conceptualisation éclaire sans doute l'imprécision de son émergence clinique.

Hystérie de l'âme? Déception de l'amour? Défaut dans la grâce ou lâcheté? Jouissance de la déprime? Autant de facettes que la psychanalyse se doit d'explorer moins pour dresser un décor que pour interpréter une entité possible.

Car s'il se révèle que toute "dysphorie" n'est pas seulement pathologique, cet ouvrage va alors à contrepente du recours systématique aux euphorisants, en montrant qu'au travers des dépressions l'analyse retrouve ses enjeux fondamentaux.

 

Editorial

La névrose de maîtrise, C. Landman

La petite fille qui tombe, D. Ravinet-Janin

Dépression nécessaire, V. Joly

A la disgrâce de l'Autre… ou le rêve interrompu, C. Lleida-Roch

Dépressions chroniques : interrogations cliniques et thérapeutiques, M. Daudin

Le concept de dépression névrotique est-il pertinent pour la psychanalyse? , M. Lerude

La mise en place des 4 discours par Lacan offre-t-elle une possibilité d'aborder la question de l'état dépressif?, J.M. Faucher

La dépression : une a-vectorisation du sujet, P. Belot-Fourcade

Dépression magique, S Henry-Valmore

Une malaise dans la civilisation, M. Natch

Avooir la grâce ou pas, C. Lacôte

Figures du désespoir, H. Ricard

La dépression présentée dans un roman de Natsume Soôseki, S. Thibierge

 Apropos de l'humeur en fin d'analyse, P. Ségaud

Le rire de petit i (s) dans la dépression, G Balbo

Quelques remarques sur la question du temps dans les dépressions névrotiques, R. Chemama

Je vais à ma perte, J. Bergès

Traits d'humeur, C. Melman

 

1991 N°2

 

Le corps

 

Qu'est-ce qu'un corps? Quelle est sa fonction? Alors que la médecine proposerait l'ide d'une harmonie ou d'un équilibre certes difficile à maintenir, la psychanalyse le situerait plutôt comme une physiologie dénaturée par le signifiant :  lequel lui assure cependant une consistance symbolique référée à l'Autre. Mais dégager ce dispositif suppose de lever l'hypothèque des représentations imaginaires du corps. Tâche peu commode si l'on en croit l'importance de sa valeur sociale. Des réflexions à propos de la danse participent à ces questionnements.

 

Editorial

Des étoiles aux étoiles, N. Anquetil

La somatolalie, J. Bergès

Terre (Taire) – Corps, J. Perrin

Après midi au théâtre du Ranelagh, N. Anquetil

D'un imaginaire qui ne serait pas du corps, C. Dorgueille

Sur Nijinski, C. Françon

A propos du corps dansant, Y. Tenenbaum

Membres, H. Guilyardi

Le dé-corps psychotique, H. Frignet

Une certain corps psychotique à partir de la cénesthésie de la pensée, C. Calligaris

L'inconscient, c'est l'organique, C. Melman

Qu'est ce que lire? , F. Gramusset

 

 

1991 N° 1

 

Sur la science

 

La science? C'est celle dans laquelle chacun est pris en tant qu'être social et qui forme le contexte de toute action. N'est-ce pas de cette implication que relève la psychanalyse autant lorsqu'elle reçoit le patient que dans son élaboration théorique essentielle?

 

Editorial

Ordre de la certitude en psychanalyse?, J.-P. Hiltenbrand

Le discours de la science dans la pensée grecque, F. Wolff

Le destin des causes aristotéliciennes, P.-C. Cathelineau

Expérience et simulation : y a-t-il deux mondes? J. Brini

La physique quantique, une révolution conceptuelle, B. d'Espagnat

Sur l'usage de la notion d'objet en mathématiques, J.T. Desanti

Newton et la question de l'alchimie, B. Jeanmart

Du rond à l'ellipse, J. Légaut

Mathématiques : langage et/ou parole de l'Autre?, P. Marchal

Y a-t-il une implication subjective du réel? , E. Doumit

Imaginer le réel du symbolique, M. Darmon

Formalisation et inconscient, Ch. Melman

Le coup de la science, G. Waysand

Je est un autre ; radiographie du moi , M.-C. Laznik-Penot

 

1990 N° 4

 

La clinique du Moi

 

La reprise du concept du moi par J. Lacan, qui le désigne comme la plus commune passion érotique où le sujet s'aliène à sa propre image, subvertit totalement la clinique freudienne traditionnelle.

 

Quelques textes se mettent, ici, à l'épreuve de resituer le moi non seulement dans sa dimension imaginaire mais également au regard du symbolique et du réel.

 

Sommaire :

 

Avant-propos, J. Bergès

Qui a choisi ce visage pour moi? , M.-C. Cadeau, P.-C. Cathelineau

Les limites de la clinique du moi, J. Cacho

Pour une réhabilitation du moi, R. Dupuis

Fonction du moi dans une psychose, H. Frignet

L'Esquisse du moi, J.-P. Hiltenbrand

L'angoisse, une expérience de la Vernichtung, D. Lachaud

Quand Je est un autre, M.-C. Laznik-Penot

Un amour de miroir brisé, M. Nacht

Retour d'absence, H. Oppenheim-Gluckman

Ote-moi d'un doute, J.-J. Rassial

Je me trouve dans personne, B. Vandermersch

"Merci Lacan" , Ch. Melman

Construire pour survivre, P. De Neuteur

 

 

1990 N° 3

 

La Résistance dans la cure Psychanalytique

 

Sur la résistance et l'analyse des résistances s'opère, dès les années 50, un des apports décisifs de Lacan : la résistance est une réaction de défense trop souvent induite par l'analyste lui-même lorsqu'il rabat la relation analytique sur une relation spéculaire, de "moi" à "moi".

Même en privilégiant la logique du signifiant, nul espoir d'annuler résistance, car au)delà du moi, le sujet s'avère résister à la reconnaissance du rôle déterminant du signifiant et de la lettre.

On reprend ici le questionnement du réel de la résistance, sans oublier que celle-ci est relative à la visée de la cure et que les formes qu'elle peut prendre nous interrogent sur la finalité que nous donnons à notre action.

 

Editorial

Métapsychologie de la résistance chez Freud et chez Lacan, Francis Boulenguer

A propos de "la dynamique du transfert" de Freud, Solange Guetta

L'image dans la cure, Jean-Marie Forget

Quelques effets de répétition dans la cure analytique, Alicia Kweksilber

Le transfert négatif, Jacqueline Pasmantier-Sebban

Un testament de Freud : la réaction thérapeuthique négative, Catherine Péquignot Desprats

Les destinées de la résistance, Pierre-Philippe Jandin

Silence, le patient d'or, Jorge Cacho

De la résistance, Marc Nacht

Histoires de résistance, Virginia Hasenbalg

Détournement possible ou impossible des résistances, Isabelle Le Goc-Diaz

Le compte est bon, Dominique Ravinet-Janin

La clinique psychanalytique des psychoses n'est pas une épreuve de résistance, Alain Bellet

"L'Œdipe antillais ou l'enfance remuée. Jalons pour une réflexion en cours", Simone Henry-Valmore

Quelques questions sur l'acte psychanalytique à partir du demi-groupe de Klein, Roland Chemama

Rectificatif : article de Denise Lachaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vient de paraître

  Hubert Ricard   Les thèses de Lacan viennent de sa pratique, mais il avait articulé celles-ci dans un cadre théorique très élaboré. De Platon et Descartes jusqu'à ...

L'histoire de l'A.L.I.

Bénédicte Metz, Thierry Roth, Jean-René Duveau 

Centre documentaire

    Sissi, impératrice d'Autriche, l'Antigone de Sophocle, Simone Weil, la philosophe, sainte Catherine de Sienne : chaqune pose les mêmes questions. Comment être ...

L'histoire de l'A.L.I.

Bénédicte Metz, Thierry Roth, Jean-René Duveau 

Vient de paraître

  Actes du cycle de conférences organisées par l’AMCPSY   Lire et télécharger le document sur le site de l'AMCPSY => Lien de téléchargement   Sous la ...

Centre documentaire

  La bibliothèque de l'A.L.I est une bibliothèque de consultation, et non de prêt. Elle permet, elle privilégie la lecture sur des documents authentiques. Deux permanences ...

Accès Membres