Accès membres Agendas

Association lacanienne internationale


Interdiction de la psychanalyse

La proposition de résolution demandant au gouvernement l'interdiction de la psychanalyse sous toutes ses formes dans le traitement de l'autisme a été rejetée par l'Assemblée nationale. L'ampleur de la mobilisation contre ce projet funeste a permis aux députés de voter en étant véritablement informés des enjeux de cette résolution. Et les députés ont tranché avec sagesse préservant le caractère informatif et non obligatoire des recommandations de la HAS.
Mais gardons-nous de tout triomphalisme. Si la psychanalyse bénéficie encore dans notre pays d'un grand prestige - notamment grâce à Lacan qui a su la maintenir vivante - cet épisode parlementaire nous indique que les forces qui s'y opposent sont puissantes et qu'elles puisent leur énergie aussi bien du côté du scientisme que du côté de la religion. Promesse d'un langage de signes univoques et soit disant efficaces d'un côté, promesse de sens à profusion de l'autre côté. La psychanalyse ne promet rien. Elle ne prend pas le parlêtre pour un imbécile. C'est peut-être là sa force.
Marc Darmon
Président de l'ALI
 

Lire le dossier sur le site du RAAHP

Rejet de la proposition de résolution parlementaire du député Daniel Fasquelle


 
LIRE AUSSI 

 

Une proposition de résolution vient d’être présentée par 80 députés à l’Assemblée nationale. Cette proposition vise à donner un caractère obligatoire aux recommandations de la Haute autorité de santé concernant « la prise en charge » de l’autisme. 

Ainsi cette résolution proposée au vote de l’Assemblée nationale « invite le Gouvernement français à fermement condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes, dans la prise en charge de l’autisme, car n’étant pas recommandées par la HAS ».

Cette condamnation serait assortie de mesures judiciaires puisque la même résolution « invite le Gouvernement français à faire systématiquement engager la responsabilité pénale des professionnels de santé qui s’opposent aux avancées scientifiques et commettent des erreurs médicales en matière d’autisme… » Ainsi la psychanalyse est considérée comme « un mauvais traitement » et le Gouvernement est invité à « réallouer en totalité les financements des prises en charge n’étant pas explicitement recommandées aux approches validées scientifiquement et ayant fait preuve de leur efficacité ». Bien entendu, le Gouvernement est aussi invité à réactualiser d’urgence le contenu des formations des professionnels intervenants auprès des personnes autistes « afin de les mettre en conformité avec l’état de la science internationale ».

Cette proposition est d’autant plus décevante qu’un certain nombre de signes permettaient d’espérer un apaisement dans une approche plurielle du traitement de l’autisme. L’Association lacanienne internationale reconnue d’utilité publique, s’est particulièrement engagée dans la discussion scientifique des recommandations de la HAS sur l’autisme, pour défendre une recherche et un traitement qui n’excluraient pas a priori la psychanalyse. Son action aux côtés d’autres associations n’a sûrement pas compté pour rien dans cet apaisement qui nous l’espérons se confirmera. Mais comme nous le voyons à l’occasion de cette proposition de résolution, notre action doit se poursuivre. Il est ainsi important de faire connaître les avancées de la psychanalyse dans ce domaine, avancées qui se font avec les parents qui y contribuent largement.

Ainsi la question si essentielle de la prévention de cette maladie n’est pas du tout abordée, ni dans les recommandations actuelles de la HAS, ni dans ce projet de résolution à l’Assemblée nationale. Cette prévention, grâce à une intervention psychanalytique précoce permise par la découverte d’un certain nombre de signes par des psychanalystes, a fait la preuve de son efficacité. Au regard de ces avancées, par simple humanité, par devoir médical et aussi du point de vue de la santé publique il serait insensé de se priver, voire d’interdire la psychanalyse.

Marc Darmon, Président de l’ALI


 
 Le communiqué de Convergence Autismes Pluriels

Convergence Autismes Pluriels est une association Loi de 1901, récemment créée, dont le Président est Jean-Didier Vincent, neurobiologiste, membre de l'académie des sciences et de l'académie de médecine. Elle regroupe des professionnels, des parents, des personnes autistes et des citoyens concernés, avec pour but d’œuvrer à la promotion et au développement de la pluralité dans le champ des autismes. 


 
La Déclaration de Cartagena 

Cette déclaration, qui émane de la Federación Psicoanalítica de América Latina, a été transmise par Claudia Mascarenhas Frenndes qui travaille à Espace Moebius à Bahia. Claudia Mascarenhas Frenndes est responsable des mouvements brésiliens de défense du travail de la psychanalyse dans le champ de l’autisme. Elle est aussi vice-présidente de la CIPPA en France.


 

 

Vient de paraître

Le 10 mai prochain sortie aux éditions Hermann du livre dirigé par Esther Tellermann à partir de la rencontre entre Michel Deguy et l'ALI organisée le 26 septembre ...

L'histoire de l'A.L.I.

Bénédicte Metz, Thierry Roth, Jean-René Duveau 

Centre documentaire

    Sissi, impératrice d'Autriche, l'Antigone de Sophocle, Simone Weil, la philosophe, sainte Catherine de Sienne : chaqune pose les mêmes questions. Comment être ...

L'histoire de l'A.L.I.

Bénédicte Metz, Thierry Roth, Jean-René Duveau 

Vient de paraître

  Actes du cycle de conférences organisées par l’AMCPSY   Lire et télécharger le document sur le site de l'AMCPSY => Lien de téléchargement   Sous la ...

Centre documentaire

  La bibliothèque de l'A.L.I est une bibliothèque de consultation, et non de prêt. Elle permet, elle privilégie la lecture sur des documents authentiques. Deux permanences ...

Accès Membres