Accès membres Agendas

Association lacanienne internationale

La délinquance au féminin, en coordination avec l’AMCPSY : Séance reportée au 2 mai
Mardi 21 Mars 2017, 21:00 - 22:30

La soirée du 21 mars est reportée au 2 mai avec les interventions de Lola Forgeot, Aurore Hoang di Ruzza et Louis Sciara suivi le 30 mai de l'intervention de Véronique Bellangé

Lieu ALI
25 rue de Lille
Paris
75007
France
330142601443
Séminaire de travail et de recherche qui se déroulera entre Nancy et Paris.
Le travail que nous allons tenter de mettre en place est un travail de recherche qui tient compte de nos embarras à « attraper » un phénomène complexe qui ne peut se réduire à une explication univoque et prend actuellement une grande ampleur : l’augmentation de la délinquance féminine.

Cette augmentation et la violence qui souvent l’accompagne ne sont pas inconnues des intervenants socio-éducatifs et sanitaires, elle intéresse les psychologues et les psychanalystes dans les déterminants subjectifs de ces manifestations en lien avec les mutations sociales. Force est également de constater un élargissement de cette délinquance à toutes les couches de la société et la promotion médiatique qui en amplifie la portée.

Les adolescents en général et en particulier les adolescentes dans la mise en place de leur féminité font parler sous formes de symptômes, de mise en acte, d’acting-out les contradictions et impasses de la société.

L’axe de cette recherche consistera à déterminer les « lieux » de la délinquance féminine, de repérer les symptômes bruyants et souvent trop visibles qui l’anime mais aussi ceux plus silencieux, torpides qui se feraient oublier et sont parfois les véritables freins à une sortie de la délinquance. Ce travail de réflexion tentera de sortir du mimétisme qui prévaut souvent dans l’analyse : délinquance féminine/délinquance masculine.

Nous serons amenés pour pouvoir répondre au mieux à ces manifestations délinquantes qui débordent le sujet aussi bien que les personnels nombreux qui sont amenés à intervenir à essayer de renouveler notre lecture (la déviance est caractérisée par la lecture qu’on en fait) dans ses repérages, ses précautions à formuler, et à situer les limites de nos interventions entre impuissance et impossible.

Quelques files de lecture peuvent à présent nous conduire et d’autres, bien sûr se trouver nécessaires à prendre en considération dans la poursuite du travail :

-       Les transgressions adolescentes : quelles valeurs leur donner dans les mutations actuelles sociétales alors même que certaines initiatives par exemple littéraires retrouvent ces manifestations applaudies socialement ?

-       Articuler la clinique de « l’agir » avec les questions de la mise en place de la féminité et lire les trajets empruntés par ces jeunes filles qui « délinquent ».

-       La prise en compte de l’importance du regard et du visible dans le social pour réinterroger une « masculinisation » qui ne peut se résumer à un doublage du masculin.

-       La dimension de la corporéité et de la sexualité ; dimension décisive chez les adolescentes qui parfois se trouvent malmenés par rapport à leur culture d’origine et vivent une véritable guerre de religion intérieure sans dialectisation possible.

-       Les jeux de la langue : ceux qu’il faut suivre comme invention mais aussi les appauvrissements de la langue, expression symptômale et frein à retrouver la langue de la collectivité.

Dr Pascale Belot-Fourcade psychiatre, psychanalyste, Mmes Aurore Hoang-Di Ruzza et Anne-Marie Tabouret psychologues - psychanalystes

 

Intitulé Dates et horaires Lieu
 
jeudi 27 Juil
De 18:37

à 18:37
 
Responsable(s)
Contact(s)

Retour

Accès Membres