connexion

Accueil

Association lacanienne internationale

 

Journal de Bord de l’Ecole Psychanalytique de Sainte Anne. N° 3

Date publication : 14/04/2015
Dossier : Journal de Bord de l’Ecole Psychanalytique de Sainte Anne

« Que les types cliniques relèvent de la structure, voilà qui peut déjà s’écrire quoique non sans flottement » avançait Lacan dans son introduction à l’édition allemande des Ecrits. Il s’agit en effet de savoir si la psychiatrie lacanienne se donne comme trame celle des entités de la psychiatrie classique, disons kraepelinienne, si elle se propose d’introduire un certain nombre d’entités nouvelles – comme celle de psychose sans moi, avancée par Marcel Czermak à la suite d’une présentation clinique de Jacques Lacan – à la suite d’une présentation clinique de Jacques Lacan –, ou si elle ambitionne de rendre compte d’un certain nombre de solutions élégantes propres à la psychose dont seule la topologie des noeuds, qui a occupé Lacan les dernières années de son séminaire, peut rendre compte.

Les dernières journées annuelles de l’Ecole psychanalytique de Sainte-Anne ont avancé plusieurs propositions de ce type dans le champ de la Psychose maniaco-dépressive. Ce numéro du Journal de Bord en reprend les interventions conclusives. Le succès de ces journées, l’élan qu’elles ont suscité incite à poursuivre les travaux pour établir cette psychiatrie qui ne serait pas du semblant.

« La folie change de nature avec la connaissance qu’en prend le psychiatre » affirmait Jacques Lacan en 1947 lors d’un échange avec Lucien Bonnafé. Dans une période où le désintérêt des psychiatres concernant les enjeux du fait clinique se fait préoccupant, dans un moment où la folie est l’objet de phénomènes de ségrégation renouvelés, cette assertion situe les enjeux qui sont ceux de la psychiatrie lacanienne.

Nicolas Dissez

Plus d'information

Espace personnel