Espace personnel

Colloques

Association lacanienne internationale

 
Au-delà des figures de l’autre. Une relation à l’autre moins barbare est-elle possible ?
Du Vendredi 10 Novembre 2017 à 20:30 au Dimanche 12 Novembre 2017 à 17:30 à Villeurbanne
TNP, théâtre national populaire
Argument Lyon 2017

Dès 1921 Freud écrivait : « [...] la masse ne peut être agitée que par des mots d’ordres excessifs. Quiconque voudra agir sur elle, n’aura besoin d’aucun argument logique. Il devra utiliser des images fortes, en exagérant et en répétant toujours la même chose. » Quotidiennement bom-bardés par des mots d’ordres et des images fortes, notre premier mouvement est de se rallier à l’opinion commune, de s’y identifier, de choisir l’un, d’exclure l’autre. Face à l’opinion qui conduit à l’affrontement Freud indique que notre seul recours est un travail sur la logique.

La logique binaire, dénoncée par Freud, n’est pas suffisante pour rendre compte de toutes les dimensions de l’autre. Les formations de l’inconscient (lapsus, mots d’esprit, actes manqués, rêves...) témoignent du fait que quand je parle je dis, en même temps, autre chose : qu’il y a de l’autre qui parle. La parole subvertit cette logique à deux en y introduisant une troisième dimension, un lieu Autre auquel je m’adresse. N’est-ce pas là quotidiennement mon principal interlocuteur ? En écrivant ce lieu d’adresse avec un grand A, Lacan le distingue structurellement de l’autre, des autres. Ce déplacement introduit par la parole constitue alors un déplacement logique. Il nous fait passer d’une logique binaire, moi et l’autre, à une logique ternaire. Ainsi depuis Freud, l’adéquation avec moi-même, entre moi et l’autre est démontrée impossible du seul fait de la structure du langage. Là est la raison de nos impasses comme de nos illusions, de nos ratages subjectifs comme de nos ratages dans les liens sociaux.

Néanmoins, il n’y a pas qu’une façon d’habiter cette structure qui nous constitue, de nous arranger de cet impossible auquel les époques et les cultures ont donné des lectures différentes. À la méconnaître pour se défendre de l’altérité, notre époque réduit l’Autre à l’étranger, rejette le dissemblable. Cette opération a toujours précédé le retour de la barbarie. La prise en compte des apports de Freud et de Lacan permettrait-elle de trouver d’autres voies que celles des passions identitaires ? Au cours de ces journées, la question que nous tenterons de mettre au travail sera de savoir si des lectures contemporaines peuvent venir déplacer cette dimension de l’impossible, la présenter avec des coordonnées différentes. Il ne serait pas inutile pour notre vivre ensemble de repérer les passes et les impasses de ces coordonnées pour le sujet comme pour le lien social.

Comité de pilotage : Annie Delannoy, Georges Dru, Laurence Meignin, Cyrille Noirjean, Jean-Luc de Saint-Just.


Vendredi 10 novembre 2017

20h30 accueil par Jean-Pierre Jourdain, directeur artistique du TNP conférence inaugurale de Charles Melman


Samedi 11 novembre 2017 « Moi & l’autre »


9h00 – 9h30 accueil


9h30 – 12h « Les couleurs de l’autre »

président : Jean-Luc de Saint-Just - 
discutants : Olivier Marion & Stéphane Deluermoz


Marc Darmon, Qu’est-ce qu’une frontière ?

Nazir Hamad, L’autre de la langueDominique Rousseau, La gure du sujet de droit est-elle possible sans constitution ?

13h30 – 16h « L’altérité ne va pas de soi »


présidente : Annie Delannoy
 - discutants : Jean-Pierre Gasnier & Françoise Checa

Jean-Luc Cacciali, Remarques à propos de la fraternité

Véronique Ballu-Vernet , « Ça va durer encore longtemps ? », à propos des vœux de mort en EHPAD

Ludovic Desjardins, Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Désirantes : un dé pour la clinique ?

17h – 18h30 Qu’est-ce qui s’invente sur la scène artistique ?


Rencontre-conversation avec Lucie Chaumont, plasticienne, animée par Cyrille Noirjean à l’URDLA – 207, rue Francis-de-Pressensé, Villeurbanne


20h00 - « Je suis Fassbinder », mise en scène Stanislas Nordey et Falk Richter, réservation supplémentaire auprès du TNP (04 78 03 30 30)


Dimanche 12 novembre 2017 « Les savoirs y faire contemporains »

9h – 12h « Y aurait-il du nouveau ? »


président : Jean-Paul Hiltenbrand
 - discutantes : Angela Jesuino & Laurence Meignin


Pierre Arel, « Il n’y a rien d’autre »Jean-Luc de Saint-Just, Hommes / femmes, quel progrès ?

13h30 – 16h « Les possibles lectures du réel que nous enseigne la psychanalyse ? »

président : Georges Dru
 - discutants : Jean Brini & Luminitza Claudepierre


Alexis Chiari, Altérités

Pierre-Christophe Cathelineau, Halte héritée


Conférence préparatoire aux journées d’études

Charles Melman, Une relation à l’autre moins barbare est-elle possible ? vendredi 18 novembre 2016 – 20 h 30, Agora Tête d’Or, Lyon 6

Jean-Paul Hiltenbrand, L’autruiche, vendredi 27 janvier 2017 – 20 h 30, Agora Tête d’Or, Lyon 6

L’autruiche

HILTENBRAND Jean-Paul
Date publication : 08/09/2017

Angela Jesuino, L’identité, à quel prix ? mardi 28 mars 2017 – 20 h 30, CNAM, Lyon 7

L’indentité à quel prix ?

JESUINO Angela
Date publication : 13/09/2017

Jean-Pierre Gasnier, Que serait l’En-droit sans l’Autre ? vendredi 23 juin 2017, 20 h30, Agora Tête d’Or, Lyon 6

Que serait l’en droit sans l’Autre ?

GASNIER Jean-Pierre
Date publication : 09/10/2017

Marc Darmon, vendredi 22 septembre 2017, 60 rue des Rancy, Lyon 3 

Lire aussi =>

L'Un qui parle

RICARD Hubert
Date publication : 08/11/2010

La fourmi est l’homme idéal

MORALI Marc
Date publication : 10/05/2017

Alluvions et ravine-ments de lalangue

CLAUDEPIERRE TIGIRLAS Luminitza
Date publication : 13/10/2017

 

 


 
 
 
Tarif individuel : 80 €
Tarif étudiant : 40 €
F. Continue : 120 €
www.psychanalyse-freud-lacan-lyon.com // ali-lyon@orange.fr règlement par chèque à l’ordre de ALI Lyon, à adresser à Jean-Luc de Saint-Just 13 place de Trion, 69005 Lyon, inscriptions sur place possible.
 
 
 
Lieu de l'évenement
TNP, théâtre national populaire
8 Place du Dr Lazare Goujon
69100 Villeurbanne (France)
 
 
 

Espace personnel