Théorie psychanalytique

 
  • Imprimer
  • Envoyer

Pour introduire la psychosomatique (5)

Pourquoi pense-t-on à un déterminisme psychosomatique si le sujet n'est pas concerné par l'évènement déclenchant ?

Auteur : Bernard Vandermersch 16/05/2004

Bibliographies Notes

On suppose devant l’apparition de phénomènes somatiques faisant suite à des situations "traumatiques" que la fonction du fantasme n’a pas fonctionné, ou a été débordée.

En effet si ces situations avaient été traitées par le fantasme, elles auraient abouti à des manifestations analysables symptomatiques d’un remaniement psychique : somatisations de type hystériques, phobies, obsessions, voire délires etc.

On se trouve donc en présence de difficultés logiques : si le fantasme n’a pu cadrer l’événement, comment le sujet pourrait-il savoir en quoi il est concerné, voire même s’il est en cause et comment ?

Si d’autre part il ne peut manquer de constater que telle manifestation somatique a suivi de près un événement grave, la relation de cause à effet reste pour lui tout aussi dépourvue de sens.

En quoi par exemple une pelade survenant après un accouchement traumatique peut-elle faire sens, alors que la même pelade chez un autre sujet fera suite à de tout autres événements voire à une absence d’événements repérables comme tels ?

Et puis pourquoi cet accouchement difficile doit-il entraîner une pelade plutôt que rien ?

Ce qui permet néanmoins de penser "psychosomatique" nous est apporté par les patients.

Il faut bien dire qu’ils ne l’apportent pas le plus souvent spontanément. Il arrive qu’un événement soit accusé dans le déclenchement.

Mais le plus souvent c’est dans le dialogue avec un médecin voire un analyste que ceci sera livré.

Ce dialogue peut avoir pour origine une autre raison que le phénomène somatique (état dépressif ou motif de consultation étranger au phénomène): c’est la situation la plus accessible à la psychanalyse.

Ce qui est apporté par le patient est double : d’une part les circonstances du déclenchement en ce qu’elle révèlent d’une situation " hautement" symbolique, quoique mal appréciée par le sujet, d’autre part le mode dont le sujet investit le monde, ses semblables etc. qui se dévoile à la faveur du dialogue dans certaines particularités du discours.

Notes
Bibliographie